Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Aux Sables d'Olonne, ce lundi.
© EDDY LEMAISTRE

Revue de presse

Tempêtes et rafales de vent en Suisse: «Ruzica» passée, voici qu’arrive «Susanna»

Toute l’Europe de l’Ouest est actuellement touchée par d’exécrables dépressions. La prochaine, qualifiée d'«explosive», promet de nouveaux dégâts… et du spectacle

Des rafales dépassant les 100 km/h par endroits ont balayé la Suisse lundi. La navigation a notamment été perturbée sur le lac Léman. Et de puissantes bourrasques sont encore prévues jusqu’à ce mardi soir au moins, avec de fortes chutes de neige (50 à 70 cm au-dessus de 1400 m) sur les Préalpes et en Bas-Valais, selon les derniers bulletins de Météo Suisse, qui a lancé une alerte. Pour ne rien arranger, cela crée un «fort risque d’avalanche dans les Alpes du Sud», indique 24 heures.

«Du fait de la présence de mauvaises sous-couches sans cohésion dans de très nombreuses pentes, la neige fraîche adhérera mal à l’ancienne neige. En conséquence, les skieurs pourront déclencher des avalanches de plaques à leur passage dans de nombreuses pentes. […] La situation est assez piégeuse, car les pentes dangereuses ne sont pas situées seulement près des crêtes.»

Et quels sont les coupables de ces calamités? Deux phénomènes qui portent de jolis prénoms: «après la dépression tempétueuse Ruzica» de lundi, Susanna touchera la Suisse ce mardi. «Oulala», résume déjà FR3 Bretagne, car la seconde est en train de se former au large de l’Atlantique:

Ruzica a balayé toute l’Europe, soulignent les prévisionnistes. En Suisse, les premiers effets ont été perceptibles en milieu d’après-midi lundi, avec des rafales de quelque 100 km/h à Delémont et Neuchâtel, de 141 km/h au sommet du Chasseral (BE) et de 111 km/h au Moléson (FR). Sur le Léman, la navigation a été perturbée. Deux courses entre Lausanne et Thonon-les-Bains ont été annulées en début d’après-midi. D’autres perturbations sont à prévoir pour ce mardi, selon la Compagnie générale de navigation (CGN): en cas d’annulation, le plan tempête sera déclenché.

Lire aussi: En Suisse, le foehn fait des siennes (07.02.2016)

La Suisse alémanique est moins touchée. Un arbre est cependant tombé sur une voiture dans le Simmental, blessant son conducteur. Et des remontées mécaniques de l’Oberland bernois ont été fermées. La police de Bâle-Campagne a quant à elle fait état de chutes d’arbres et de tuiles volantes. Personne n’a été blessé. Mais Ruzica passée, voici donc Susanna! «Elle semble plus virulente et va donner des pointes mardi en fin de journée» avec des «rafales violentes», précise-t-on. A cette heure, Météo Paris parle déjà de «dépression explosive» entre Normandie et Nord-Pas-de-Calais:

Car évidemment, le phénomène ne se limite pas à la Suisse. En Europe, des vents dépassant parfois les 150 km/h ont balayé lundi les côtes atlantiques, du sud de l’Angleterre au Portugal, en passant par les Pays-Bas, la Belgique, la France et l’Espagne: les images publiées par la RTBF, par exemple, sont impressionnantes! Deux personnes ont été grièvement blessées à Paris après la chute d’un panneau publicitaire:

Les vents soufflaient à 139 km/h sur l’ouest de la France, avec 16 départements en vigilance orange pour vents et vagues-submersion. «Et ce n’est pas fini», prévient Ouest-France. La météo indique que «la grande houle nord-ouest a abordé […] les côtes bretonnes et le golfe de Gascogne et que les premières vagues ont déferlé sur les côtes de la Manche à la Loire-Atlantique, à la faveur de la marée haute»:

Des réseaux électriques et ferroviaires ont été perturbés. Les alertes aux inondations sont nombreuses. L’Alsace montre aussi des «drapeaux en berne» et des «fêtards à la triste mine»: «Le long du Rhin et dans la Ruhr, hauts lieux du carnaval du «lundi des Roses», une trentaine de villes ont annulé hier leur traditionnel défilé. Les chars sont restés au hangar par crainte des bourrasques […] [qui] menaçaient de décorner les figurines de carton-pâte. L’Alternative für Deutschland, Merkel et les réfugiés, Donald Trump, les thèmes d’inspiration ne faisaient pourtant pas défaut, mais la météo en a […] décidé autrement.» En Allemagne, Focus Online annonce que cela va durer: «Böen», dit-il, de ce mot rare qui signifie «rafale».

Mais toute cette agitation du ciel, c’est aussi du spectacle, lit-on dans La Voix du Nord: «Des promeneurs qui s’aventurent en bord de mer pour filmer et photographier […] arbres qui tombent, des poteaux électriques à terre, des accidents… La dépression venue des îles Britanniques n’a pas été sans conséquences. […] Vers midi, à l’heure où la mer était pleine, des dizaines de personnes se sont aventurées à Berck, aux Sternes, pour immortaliser le déferlement des vagues» de 3 à 4 m qui «restaient impressionnantes».

Sortez les imperméables.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a