Le rapport Mueller. Le document de 448 pages est explicite: «Le gouvernement russe a interféré dans l’élection présidentielle (américaine) 2016 de façon radicale et systématique.» Dans l’histoire des Etats-Unis, le document fera date. Il sera au cœur de l’audition ce mercredi, devant les commissions judiciaire et du renseignement de la Chambre des représentants, de Robert Mueller, ex-directeur du FBI et procureur spécial chargé de l’enquête russe. Potentiellement, le moment est fort, pouvant alimenter la quête des démocrates d’entamer une procédure de destitution du président américain.

Pour Donald Trump et son ministre de la Justice, William Barr, il n’y a ni collusion avec Moscou ni tentative d’entrave à la justice de la part de la Maison-Blanche. De fait, le rapport montre que les choses sont plus compliquées.