L’essentiel

La Suisse dénombre 3683 cas, 89 hospitalisations et 15 décès de plus en trois jours, la tendance à la baisse semble se confirmer.

L’ancienne Conseillère fédérale Doris Leuthard a déclaré ne pas «être surprise» de la faiblesse numérique de l’OFSP.

Depuis dimanche, les plus de 7 millions de personnes vaccinées en Allemagne bénéficient d’assouplissements des strictes règles sanitaires. Au Royaume-Uni des allègements devraient également être annoncés.

Retrouvez notre suivi  de la journée de dimanche.


■ Novavax teste un vaccin unique combattant la grippe et le Covid-19

L’entreprise de biotechnologie américaine Novavax a réalisé de premiers essais sur des animaux d’un vaccin unique combinant ceux qu’elle développe séparément contre la grippe et le Covid-19. Les premiers résultats seraient positifs. 

Le vaccin contre la grippe de Novavax (nommé NanoFlu), ainsi que son remède contre le Covid-19 (NVX-CoV2373), ne sont pas encore autorisés dans le monde, mais ont tous deux été étudiés séparément dans des essais cliniques de phase 3, c’est-à-dire sur des milliers d’humains.

L’entreprise a cette fois administré un vaccin contenant les deux produits, à des furets et des hamsters. Celui-ci «a suscité des réponses solides contre à la fois la grippe A et B et une protection contre le SARS-CoV-2», le virus provoquant le Covid-19, a déclaré Novavax dans un communiqué.


■ Le pass sanitaire européen en test pour être opérationnel en juin

Le pass sanitaire européen, qui fait toujours l’objet de négociations politiques au sein de l’UE, a commencé lundi une phase de tests, a annoncé la Commission européenne. Cela doit lui permettre d’être opérationnel techniquement en juin, avant la saison estivale.

La France et Malte sont les deux premiers pays à tester lundi l’interopérabilité du système. Il s’agit de vérifier la capacité des Etats membres à se connecter à la «passerelle» européenne mise en place. Cette phase-pilote, qui s’échelonne sur deux semaines, concerne au total 18 pays de l’UE plus l’Islande, a indiqué un porte-parole de l’exécutif européen, Johannes Bahrke.

Ce certificat sanitaire européen est destiné à fournir un cadre harmonisé pour faciliter la libre circulation au sein de l’UE cet été. Il contient un code QR indiquant que son titulaire a été vacciné, ou qu’il a passé un test négatif ou encore qu’il dispose d’une immunité après avoir été infecté par le Covid-19.


■ Le Tessin ouvre la vaccination aux plus de 45 ans

Au Tessin, les plus de 45 ans peuvent désormais s’inscrire pour la vaccination contre le Covid-19. Contrairement à d’autres régions, le canton italophone s’en tient à sa stratégie de vaccination progressive, a déclaré aux médias la directrice de la santé Raffaele De Rosa.

Le but est de ne pas décourager les personnes qui veulent se faire vacciner. Nous voulons éviter qu’elles ne doivent attendre des mois avant d’obtenir un rendez-vous, a précisé Paolo Bianchi, directeur du département de la santé publique.

Une fois le groupe des 45-55 ans vacciné, une graduation âge par âge ne fera toutefois plus sens. La vaccination devrait donc être ouverte à tous les Tessinois dès 16 ans à partir de juin, a précisé Raffaele de Rosa.


■ La Norvège devrait renoncer à AstraZeneca et Johnson & Johnson

Un comité d’experts mis en place par le gouvernement norvégien pour se prononcer sur les vaccins d’AstraZeneca et de Johnson & Johnson a préconisé lundi de renoncer à ces sérums en raison des risques d’effets secondaires rares mais graves.

«Nous ne recommandons pas l’emploi des vaccins à vecteur adénoviral dans le programme national de vaccination», a déclaré le chef du comité, Lars Vorland, en remettant son rapport au ministre de la Santé, Bent Høie.

«C’est bien sûr à cause des effets secondaires graves» observés chez une infime partie des personnes qui ont reçu une injection avec ces vaccins, a ajouté le médecin. Les experts conseillent en revanche de proposer ces vaccins sur une base volontaire, sans toutefois s’entendre sur les critères à retenir.


■ Vaccination mobile dans le canton de Vaud dès le 18 mai

Dans «plus d’une trentaine de communes», un «dispositif inédit» de vaccination mobile va être mis en place à partir de mardi prochain, ont indiqué les autorités vaudoises. Des équipes itinérantes de la Protection civile «complétant l’important dispositif déjà en place […] vont sillonner le canton». Cette opération conduite «en partenariat avec des associations qui œuvrent au soutien des populations précarisées» doit notamment permettre d’informer en permettra également de toucher une population non-francophone, et ainsi «apporter des informations sur la vaccination et offrir une opportunité de se faire vacciner à des personnes qui y ont plus difficilement accès».

La population pourra accéder à ces centres mobiles de vaccination avec ou sans rendez-vous.

Informations en 9 langues: www.vd.ch/corona-multilingue Inscriptions: www.coronavax.ch ou 058 715 11 00


■ Un instantané: prière distanciée à La Mecque


■ En France, plus de la moitié des patients hospitalisés ont encore un symptôme après 6 mois

60% des patients hospitalisés à cause du Covid-19 «sont toujours affectés par au moins un symptôme six mois après infection», montre une étude publiée dans la revue Clinical Microbiology and Infection.

Un quart d’entre eux présentent «trois symptômes ou plus» et 2% ont même «dû être hospitalisés à nouveau», concluent ces travaux de l’Inserm, menés sur une cohorte de 1137 patients constituée pour suivre les malades après leur hospitalisation.

«Une sensation importante de fatigue, des gênes respiratoires et des douleurs musculaires et articulaires comptaient parmi les manifestations cliniques persistantes les plus fréquemment rapportées» lors des visites de suivi à trois et six mois après l’hospitalisation. Les chercheurs ont observé «une corrélation entre la sévérité initiale de la maladie et la persistance à long terme de symptômes». Ils montrent aussi que «si les hommes sont plus à risque de faire des formes graves, les femmes semblent plus à risque de souffrir de symptômes persistants dans la durée».


■ 3683 nouveaux cas en trois jours

La Suisse compte 3683 cas, 15 décès et 89 hospitalisations supplémentaires en 72 heures, selon les chiffres de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Durant cette période, les résultats de 66 210 tests ont été transmis. Le taux de positivité s’élève à 5,56%. En comparaison hebdomadaire, la tendance à la baisse semble se confirmer.

Sur les quatorze derniers jours:

  • Le nombre total d’infections est de 21 911, soit 253,46 nouvelles infections pour 100 000 habitants.
  • Le taux de reproduction, qui a un délai d’une dizaine de jours, est lui de 0,90.
  • Les patients Covid-19 occupent 22,70% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d’occupation est de 71,40%.

Depuis le début de la pandémie:

  • 674 296 cas ont été confirmés en laboratoire en Suisse et au Liechtenstein.
  • Le total des décès s’élève à 10 129.
  • Le nombre de personnes hospitalisées atteint 27 920.

Le pays dénombre par ailleurs 14 882 personnes en isolement et 23 455 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S’y ajoutent 4482 autres personnes revenant de voyage d’un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.


■ Pfizer/BioNTech: pas besoin d’une nouvelle formule contre les variants

Le laboratoire allemand BioNTech a indiqué tabler sur l’efficacité de son vaccin contre les variants du coronavirus, estimant qu’aucune étude ne plaide à ce stade pour la nécessité d’une nouvelle formule:

A ce jour, rien n’indique qu’une adaptation du vaccin actuel de BioNTech contre les principaux variants émergents identifiés soit nécessaire

Communiqué de BioNTech

L’entreprise ajoute qu’elle développe cependant «une stratégie complète pour faire face à ces variants si le besoin s’en faisait sentir à l’avenir».


■ Les milieux économiques soutiennent la loi covid

Une large alliance d’associations économique s’est prononcée lundi en faveur de la loi Covid-19, soumise au vote populaire le 13 juin. L’avenir de nombreuses entreprises et postes de travail est en jeu, selon ce comité économique.

Grâce à cette loi, l’Etat peut aider les PME et le commerce dans la plus grande crise économique depuis 50 ans, a indiqué dans un communiqué le comité économique «OUI à la loi Covid-19», qui comprend plusieurs organisations, comme l’Union suisse des arts et métiers (USAM), la Fédération suisse du tourisme (FST), GastroSuisse ou encore HotellerieSuisse.


■ Une Italienne reçoit par erreur six doses du vaccin Pfizer

Une jeune Italienne a reçu dimanche par erreur six doses du vaccin de Pfizer-BioNTech et a été placée sous observation, mais en bonne santé, dans un hôpital de Toscane (centre), a rapporté lundi l’agence AGI. Une infirmière s’est trompée et au lieu d’injecter une dose du vaccin à la jeune stagiaire en médecine de 23 ans, lui a injecté le flacon entier, soit l’équivalent de six doses, selon la même source. Selon AGI, l’expérimentation avec le vaccin de Pfizer-BioNTech concernant un éventuel surdosage s’est arrêtée à quatre doses injectées en même temps, ce cas de six doses étant donc inconnu dans la littérature médicale.


■ Vaccination ouverte à tous les adultes à Lucerne

Les autorités lucernoises ont annoncé à leur tour l’élargissement de la campagne de vaccination dans le canton. «Dès d’aujourd’hui, des rendez-vous […] seront attribués au reste de la population», indique le canton dans un communiqué, précisant que «toutes les personnes âgées de plus de 55 ans qui se sont inscrites, ont en principe reçu un rendez-vous de vaccination dans un centre de vaccination cantonal».


■ «Le covid» dans le Robert 2022

Le Robert, l’un des deux grands dictionnaires commerciaux en France, estime dans son édition 2022 que le mot «covid» s’écrit avec une minuscule et qu’il est plutôt masculin. Pour désigner la maladie virale, le Robert distingue le terme générique de «covid», comme dans l’exemple «suspicion de covid», et celui spécifique de «Covid-19» avec une majuscule. Une distinction qui est également utilisée dans les articles publiés par Le Temps.

Maladie infectieuse et contagieuse causée par un coronavirus

Définition de «covid» dans «Le Robert»

Son concurrent, le Larousse, met systématiquement une majuscule, donnant comme graphies possibles «COVID-19 ou Covid-19». Le genre grammatical du mot fait l’objet d’hésitations en français.

Pour le Robert, il est «masculin ou féminin», donc plus fréquemment masculin, alors que pour le Larousse, il est «féminin ou masculin»: plus correct en féminin, mais masculin chez de nombreux locuteurs. Dans sa présentation du dictionnaire 2022, Le Robert estime que «c’est l’usage qui fait loi». Si le féminin est adopté au Canada francophone, le masculin est pour l’instant majoritaire en France.


■ L’Allemagne propose le vaccin Johnson & Johnson à tous les adultes

Comme la majorité des plus de 60 ans devraient avoir été vaccinés dès juin, le pays a décidé de ne pas restreindre l’usage du vaccin Johnson & Johnson à cette classe d’âge, mais de permettre à tous les adultes d’en bénéficier après consultation avec leur médecin, a déclaré le ministre de la Santé Jens Spahn. Plusieurs pays ont limité l’usage de ce vaccin en raison de possibles effets secondaires rares mais graves.


■ La Chine veut marquer sa frontière à l’Everest

Une «ligne de démarcation» va être installée au sommet de l’Everest afin d’éviter tout risque de contamination au Covid-19 par des alpinistes en provenance du Népal, a indiqué la Chine. Cette annonce intervient alors que plusieurs personnes se sont révélées contaminées alors qu’elles étaient au camp de base, situé à 5364 mètres d’altitude.

Le Chine entend donc désormais étendre sa surveillance des frontières au sommet, qu’il partage avec le Népal à 8848 mètres d’altitude. Des guides de haute montagne vont ainsi y installer une ligne de démarcation avant d’autoriser des alpinistes à attaquer l’ascension du côté chinois, a rapporté l’agence Chine nouvelle.

L’agence officielle n’a pas précisé comment Pékin entendait concrètement marquer son territoire sur l’étroit sommet de la plus haute montagne du monde, où seuls quelques alpinistes peuvent tenir en même temps. Côté népalais, le président de l’Association d’alpinisme locale a d’ailleurs fait part de ses doutes:

Je ne suis pas au courant de la décision mais il n’y a qu’un seul sommet et il serait pratiquement impossible de créer une séparation entre des alpinistes des deux côtés

Santa Bir Lama, président de l’Association népalaise d’alpinisme

■ Doris Leuthard «pas surprise» des faiblesses numériques de l’OFSP

Les déficits en matière de numérisation de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) n’ont pas étonné pas l’ancienne conseillère fédérale Doris Leuthard. «L’administration numérique n’a jamais vraiment décollé», rappelle-t-elle dans la Neue Zürcher Zeitung.

L’ex-ministre des transports dit l’avoir constaté lors de son passage au Conseil fédéral de 2006 à 2018. Certains bureaux disposent de bonnes technologies de l’information, mais d’autres sont en difficulté, ajoute-t-elle, soulignant que le fédéralisme n’aide pas nécessairement.

Doris Leuthard appelle à considérer les lacunes apparues avec la crise liée au coronavirus comme une opportunité. «Nous devons remettre ce navire sur la bonne voie». Elle conseille à la Confédération suisse et aux cantons de se fixer des objectifs plus ambitieux. «Nous avons déjà perdu trop de temps».


■ Un instantané: vent de liberté en Espagne

L’état d’urgence sanitaire a pris fin dimanche en Espagne. Les habitants ont pu enfin sortir de leur région ou se rassembler dans la rue le soir. Dans plusieurs villes du pays, cris, applaudissements et musique ont marqué, à minuit la fin de ce régime d’exception imposé depuis octobre.


■ Vers de nouveaux assouplissements au Royaume-Uni

Le premier ministre britannique Boris Johnson va confirmer ce lundi après-midi l’assouplissement de restrictions liées à la pandémie causée par le coronavirus. Le dirigeant conservateur va rendre publique la troisième étape de sa feuille de route en matière de déconfinement, après avoir fait le point avec ses ministres dans la matinée. Cette nouvelle étape prendra effet le 17 mai, date à laquelle certaines restrictions concernant les voyages à l’étranger sont aussi allégées.

A partir de cette date, les Britanniques devraient être autorisés à se rencontrer dans des endroits clos: six personnes au maximum ou deux foyers. Le ministre d’Etat Michael Gove a expliqué dimanche sur la BBC que le gouvernement souhaitait autoriser de nouveau les «contacts entre amis et membres des familles», qui pourraient avoir le droit de se serrer dans les bras. Les pubs et les restaurants devraient pouvoir de nouveau servir leurs clients à l’intérieur et les mariages rassembler jusqu’à 30 participants. A l’extérieur, les regroupements de plus de 30 personnes devraient rester interdits.

Le taux de contamination est à son niveau le plus bas depuis septembre dans le pays.


■ La mortalité sans «aucun doute» sous-évaluée aux Etats-Unis

La pandémie, qui a officiellement fait 581 000 morts aux Etats-Unis, a sans «aucun doute» tué beaucoup plus de personnes dans le pays, a estimé le conseiller médical de la Maison-Blanche Anthony Fauci. Interrogé dimanche sur une étude publiée cette semaine par l’université de Washington, qui évalue à plus de 900 000 morts le bilan américain, le Dr Fauci n’est pas allé jusqu’à valider ces données. Les autorités sanitaires «ont dit depuis le début qu’une sous-évaluation» de la mortalité «était très probable», a-t-il dit sur la chaîne NBC. «Cela place la sous-évaluation à un niveau un peu plus élevé que je l’aurais pensé, mais parfois les modèles sont corrects, parfois un peu moins», a-t-il ajouté.

«Mais je pense que cela ne fait aucun doute que nous avons sous-évalué et nous sommes toujours en train de sous-évaluer» la mortalité, a-t-il reconnu. Il a invoqué une pandémie «historique» pour justifier la difficulté d’un décompte précis.