La procureure de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, a annoncé vendredi qu’elle voulait ouvrir une enquête complète sur d’éventuels «crimes de guerre» dans les territoires palestiniens.

Le premier ministre israélien a vivement critiqué cette annonce. La décision de Fatou Bensouda «a transformé la CPI en outil politique pour délégitimer l’Etat d’Israël», a réagi Benyamin Netanyahou, tandis que les Palestiniens ont salué cette annonce.

Lire aussi: L'avenir de la Cour pénale internationale est en jeu

«Je suis convaincue qu’il existe une base raisonnable justifiant l’ouverture d’une enquête» sur la situation en Palestine et «que des crimes de guerre ont été commis ou sont en train de l’être en Cisjordanie, notamment à Jérusalem-Est, et dans la bande de Gaza», a déclaré Fatou Bensouda dans un communiqué.

Compétence territoriale

Elle a toutefois réclamé à la CPI de «se prononcer quant à la portée de la compétence territoriale de la Cour pénale internationale dans la situation en Palestine». «En particulier, je lui ai demandé de se prononcer quant au «territoire» sur lequel la cour peut exercer sa compétence et qui peut faire l’objet d’une enquête, c’est-à-dire s’il comprend la Cisjordanie, notamment Jérusalem-Est, et Gaza», a poursuivi Fatou Bensouda.

Lire aussi: Heurts à la frontière de Gaza en 2018: Israël pourrait avoir commis des crimes de guerre et contre l’humanité

Elle estime qu’il est impératif que «les juges se prononcent sur la question du territoire sur lequel je peux enquêter avant même que je ne commence l’enquête». Fatou Bensouda a ouvert une enquête préliminaire en janvier 2015 sur des allégations de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité en Israël et dans les territoires palestiniens, dans le sillage de la guerre à Gaza en 2014.

Israël n’est pas membre de la CPI, créée en 2002 pour juger des pires atrocités commises dans le monde.