L’essentiel

Le bilan national de début de semaine fait état de 21 652 cas en Suisse, et 584 décès.

La pandémie a fait plus de 70 000 morts dans le monde, mais l’Espagne et l’Italie notent les premiers signes encourageants d’une baisse des décès, encore timide. Aux Etats-Unis, où le bilan approche 10 000 morts (9 633 dimanche), la propagation inquiète au plus haut point.

Le gouvernement autrichien a détaillé sa sortie de crise: réouverture des petits commerces dès le 14 avril, des restaurants en mai, interdiction des grandes manifestations jusqu’à fin juin au moins.

La reine Elizabeth II s’est exprimée dimanche soir, une démarche rare. Dans la même soirée, le premier ministre Boris Johnson, atteint par le coronavirus depuis 10 jours, a été hospitalisé.

Retrouvez les nouvelles de samedi et de dimanche.


■ Le Tessin commence à respirer

Pour la première fois depuis la mi-mars, le Tessin a enregistré moins de cent nouvelles infections durant trois jours consécutifs. Pour le médecin cantonal, c'est le signe que le canton a survécu au pire, a-t-il déclaré lors d'un point de presse cet après-midi.

Selon Giorgio Merlani, 285 personnes souffrant de Covid-19 étaient alors hospitalisées, dont 72 dans des unités de soins intensifs. 62 d'entre elles étaient placées sous respiration artificielle.

Le groupe des personnes hospitalisées est désormais moins important que le groupe des personnes libérées puisque 350 personnes devaient sortir des hôpitaux tessinois d'ici lundi midi. «Tous ensemble, nous avons réussi à aplatir la courbe» s'est-il réjoui. Tout en avertissant: «Que la courbe commence à se stabiliser ne signifie pas que le problème est résolu», a-t-il toutefois ajouté. Si les mesures étaient levées aujourd'hui, la propagation du virus reprendrait.


■ Le Royaume-Uni passe la barre des 5 000 morts.

Le Royaume-Uni passe la barre des 5.000 morts, avec 439 décès de plus en 24 heures, vient d'annoncer le gouvernement dans son briefing quotidien, mené par Dominic Raab, le ministre des Affaires étrangères, en l'absence du premier ministre Boris Johnson, toujours à l'hôpital.


■ Près de la moitié des patients vaudois en soins intensifs ont moins de 65 ans

Le nombre de personnes hospitalisées en raison du virus est resté stable autour de 75 ces trois derniers jours, ont indiqué les autorités vaudoises. Le nombre de personnes aux soins intensifs oscille lui autour de 80 depuis une semaine. Il est notable que parmi elles, 45% ont moins de 65 ans et 30% ont entre 65 et 75 ans et 25% plus de 75 ans. En ce qui concerne les décès en revanche, au nombre de 147 dans le canton, cette dernière tranche d’âge en compte 83%, contre 5% pour les moins de 65 ans.

Le témoignage d’Hector, un rescapé de 45 ans:  «Cinq nuits à suffoquer»


■ La capitale du Kenya en quarantaine pour trois semaines

Le président kényan, Uhuru Kenyatta, a interdit «tous les mouvements par route, rail ou air vers et au départ» des quatre principaux foyers de contamination, dont la capitale Nairobi et Mombasa, la deuxième ville du pays. Il s’est abstenu d’ordonner un confinement complet, mais il a prévenu qu’il était prêt à «aller encore plus loin si c’est nécessaire». Les déplacements restent autorisés à l’intérieur de ces régions dans le respect du couvre-feu nocturne déjà mis en place.

Dès la confirmation du premier cas au Kenya le 13 mars, des habitants de Nairobi avaient gagné en masse leur village d’origine en province. Le gouvernement a sans doute voulu éviter un nouvel exode similaire avant le week-end de Pâques, qui donne ordinairement lieu à de grands départs.

Le Kenya compte officiellement 158 cas et 6 morts, pour la plupart à Nairobi et sur la côte. C’est le deuxième pays le plus touché d’Afrique de l’Est, après l’île Maurice (244 cas).

Retrouvez tous nos articles consacrésau continent africain.


■ Clubs et footballeurs vont devoir s’entendre sur les salaires

La FIFA va demander aux clubs et aux joueurs de trouver des accords sur les salaires, a-t-on appris de sources proches. Dans un ensemble de directives établies en accord avec les confédérations, la FIFA, qui se montrera «flexible» préconise également de repousser l’ouverture du marché des transferts tant que la saison en cours ne sera pas terminée.

Lire à ce propos: Au 30 juin, le trou noir des joueurs en fin de contrat


■ Des signes timides mais encourageants en Europe

L’AFP établit un bilan, ce lundi après-midi: en Espagne, le bilan quotidien des décès était en baisse lundi (637 morts en 24 heures), pour le quatrième jour consécutif. Et la contagion ralentit dans ce pays qui a payé le plus lourd tribut à la maladie après l’Italie. Mais le pays, après plus de 13 000 morts, étudie «très sérieusement» l’idée d’imposer le masque pour sortir de chez soi.

En Italie, «la courbe a commencé sa descente», constatait dimanche le patron de l’Institut supérieur de la Santé, Silvio Brusaferro. Le pays, qui compte près de 16 000 morts, sait néanmoins qu’il a «encore quelques mois difficiles» devant lui, a insisté le ministre de la Santé, Roberto Speranza.

Une tendance à la baisse était aussi enregistrée en France, avec 357 décès enregistrés dimanche à l’hôpital en 24 heures, le chiffre le plus bas depuis une semaine.



■ Baisse spectaculaire de la criminalité en France en mars

Les crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie ont connu une baisse de 45% en mars, selon le service statistique du ministère de l’Intérieur, qui invite cependant à la prudence: «le confinement a aussi fortement influencé les conditions de dépôt de plainte pour les victimes et les forces de sécurité». Ensuite, «certaines formes de délinquance ne peuvent pas s’exercer dans le contexte de confinement, tandis que d’autres sont renforcées».

La baisse la plus importante (-51%) concerne les vols sans violence contre les personnes, suivis par des vols violents sans arme (-45%), les cambriolages de logements (-44%) et les vols avec arme (43%).

Les coups et blessures volontaires sur personnes de 15 ans et plus (y compris les violences intrafamiliales) sont en baisse de 33%. Mais la part des violences intrafamiliales enregistrées est ainsi «nettement remontée en mars», après un repli en février. Le 26 mars, sur France 2, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner avait souligné que les violences conjugales avaient augmenté de 32% en zone gendarmerie et de 36% dans la zone de la préfecture de police de Paris pendant la première semaine de confinement.


■ En Indonésie, une police spéciale pour protéger les enterrements

La ville de Jakarta a formé une unité de police dédiée aux enterrements de victimes du coronavirus, raconte l’AFP, après le blocage par des habitants d’inhumations ailleurs en Indonésie: dans plusieurs villes de Java ou de l’île de Célèbes, des foules en colère ont empêché l’arrivée d’ambulances qui transportaient des corps de victimes du Covid-19 vers les cimetières locaux.

Officiellement le coronavirus a fait 209 morts et infecté près de 2.500 personnes, selon les statistiques du ministère indonésien de la Santé. Mais rien qu’à Jakarta, plus de 600 personnes ont été enterrées selon les normes réservées aux victimes du virus depuis début mars, montrant combien les chiffres sont probablement très sous-estimés dans un archipel de plus de 260 millions d’habitants qui n’a effectué que quelques milliers de tests.


■ Le coiffeur, malgré tout

Cela se passe à Bogor, toujours en Indonésie, à l’ouest de l’île de Java. Le photographe précise qu’il s’agit de Herman Maulanasyah, coiffeur, qui maintient son activité à sa manière.

A Oxford, en Angleterre, à défaut d’avoir accès à des professionnels, deux jeunes gens se sont installés sur le toit d’un salon de coiffure fermé pour se couper les cheveux.


■ L’EPFZ participe à un «datathon» sur les épidémies avec UCLA

L’Ecole polytechnique fédérale de Zurich annonce ce lundi après-midi qu’elle participe depuis une semaine à un marathon à idée, un «datathon», axé sur la dispersion des épidémies.

La démarche est menée avec l’Université de Californie, Los Angeles. Les chercheurs phosphorent sur des modèles de manipulations de données permettant d’affiner la prédiction de propagation des maladies.


■ 584 personnes décédées en Suisse

L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) présente son bilan, arrêté à ce lundi 8h.

La Suisse compte 21 652 cas testés positifs au coronavirus, soit 552 de plus que la veille.

A l’heure actuelle, 584 personnes sont décédées en Suisse des suites du Covid-19.

Parmi les 584 personnes décédées, 64% étaient des hommes et 36% des femmes. L’âge des personnes décédées allait de 32 à 101 ans, avec un âge médian de 83 ans (50% étaient plus jeunes et 50% plus âgés que cet âge).

Sur les 566 personnes décédées pour lesquelles les données sont complètes, 97% souffraient d’au moins une maladie préexistante. Les trois maladies préexistantes les plus fréquemment mentionnées étaient l’hypertension artérielle (chez 66% des personnes décédées), les maladies cardiovasculaires (55%) et le diabète (28%).

Rappelons que le nombre des décès, en particulier, fait l’objet de différences de calcul. Lire La confusion sur le nombre de morts


■ Alain Berset fait un point en Valais

Le ministre de la Santé s’est rendu ce lundi en Valais. Il s’est exprimé lors d’un point de presse.

La querelle des stations de ski est close. Le conseiller fédéral a évoqué la fermeture des stations de ski, qui a commencé par un certain cafouillage – il a fallu une remise à l’ordre du Conseil fédéral. Mentionnant «des rapports parfois plus difficiles avec des cantons» (comprendre, le Tessin), le ministre fédéral veut «saluer la détermination du Conseil d’Etat valaisan».

Passer Pâques en résidence secondaire? A la question de savoir s’il déconseille de se rendre dans sa résidence secondaire, le conseiller fédéral répond nettement: «Il faut éviter de se rendre dans les zones touristiques», situées «dans des cantons qui s’en sortent tant bien que mal» avec l’épidémie.

Suivre l’exemple autrichien? Interrogé à propos de la décision autrichienne – réouverture des petits commerces la semaine prochaine, lire ci-dessous –, Alain Berset relève que «l’Autriche a un nombre comparable d’habitants, mais près de deux fois moins de personnes contaminées». «Nous agirons à l’échelle de la Suisse», lance-t-il, ajoutant que «le Conseil fédéral préfère les petits pas, prendre des décisions qui s’appliquent directement».

La question du masque. Faut-il imposer le masque? «Le port généralisé du masque, partout et tout le temps, ne protège pas les personnes saines et peut même avoir un effet contre-productif, en relâchant les comportements», lance le ministre. Il nuance ensuite un peu le propos en vue de la réouverture des magasins, jugeant que «la question peut se poser».

Responsable des maladies infectieuses à l’Office fédéral de la santé publique, Daniel Koch relève que «pour le grand public, dans la rue, cela n’apporte aucune sécurité additionnelle. Mais nous allons suivre la situation et pourrons recommander le port du masque dans certaines circonstances ou par certaines personnes».


■ Une fois encore, les recherches sur Google peuvent renseigner sur l’état de la propagation

Dans une opinion publiée par le New York Times, le spécialiste des données Seth Stephens-Davidowitz révèle que les recherches concernant certains symptômes du Covid-19 effectuées sur Google par les internautes permettraient d’identifier, voire de prédire les foyers de la pandémie. Ainsi, en observant les requêtes liées à l’anosmie (perte de l’odorat) sur le moteur de recherche (telles que: «j’ai perdu l’odorat», «perte de l’odorat», «je ne sens plus rien»,…), le chercheur constate une corrélation entre les lieux où on constate un bond d’intérêt pour ce problème et les endroits où l’épidémie progresse, comme à New York par exemple. Cette analyse permettrait de conclure que la situation en Equateur est inquiétante, étant donné que le nombre de recherches par habitant sur ce symptôme au cours de la semaine écoulée y est le plus élevé au monde.

Un autre enseignement que ce genre d’analyse pourrait aussi fournir est la découverte de nouveaux symptômes liés à la maladie. Ainsi en étudiant les maux soudainement très recherchés dans les foyers de l’épidémie, Seth Stephens-Davidowitz conclut que des douleurs aux yeux font très certainement partie des symptômes chez certaines personnes atteintes.


■ L’Autriche dévoile son plan de déconfinement

Alors que le débat croît sur la question de la fin des confinements, complets ou partiels – quand, comment, en quelles étapes? –, le gouvernement autrichien avance d’un cran.

Il annonce ce lundi qu’il souhaite progressivement assouplir les restrictions en vigueur pour lutter contre le nouveau coronavirus à partir du 14 avril, en commençant par la réouverture des petits commerces et selon un calendrier de reprise des différentes activités qui s’étalera sur plusieurs mois.

«Notre but est une remise en marche par étapes», a déclaré le chancelier Sebastian Kurz lors d’une conférence de presse, appelant la population à conserver «la plus grande discipline». Après les petits commerces le 14 avril, tous les autres magasins devraient rouvrir début mai, puis les restaurants mi-mai, les grands rassemblements publics restant interdits jusqu’à au moins la fin du mois de juin.

Notre revue de presse ce lundi matin: Rien de nouveau sous le soleil: il faut poursuivre le confinement, malgré le beau temps


■ Le Tessin accuse 12 nouveaux décès

Le Tessin a enregistré douze nouveaux décès dus au coronavirus au cours des 24 dernières heures. Et 38 personnes ont été testées positives au virus.

Au total, 2546 personnes ont été testées positives jusqu’à lundi matin dans le canton, à mettre en regard aux 21 157 cas signalés dans l’ensemble du pays. Le canton recense 189 morts.


■ Les entreprises suisses pessimistes, mais qui pensent pouvoir s’en sortir

Cumul de mauvaises nouvelles en ce début de semaine. Cité par l’agence AWP, le cabinet Deloitte a sondé les directeurs financiers de sociétés suisses. Leur moral est au plus bas.

Quelque 97% des responsables interrogés après la mi-mars tablent sur une évolution négative de l’économie ces 12 prochains mois.

Ils sont même 41% à tabler sur une évolution «fortement négative». Une majorité (67%) des sondés s’attend à un recul du chiffre d’affaires et 52% à une baisse des effectifs.

Cela dit, les entreprises suisses semblent bien armées pour rebondir après la fin de la crise, note l’économiste en chef de Deloitte Suisse, Michael Grampp. Les finances publiques saines et l’optimisation permanente des sociétés en raison de la cherté du franc devraient permettre aux entreprises helvétiques de mieux résister, même si la durée de la crise représente une grande incertitude.


■ 1200 décès aux Etats-Unis en un jour

Plus de 1200 personnes contaminées par le nouveau coronavirus sont mortes en 24 heures aux Etats-Unis, selon le comptage publié cette nuit, à 2h30 en Suisse, par l’université Johns Hopkins.

Le pays a recensé 337 072 cas d’infection et déplore 9633 décès, selon cette base de données. Le président Donald Trump a averti dimanche que les Américains devaient s’attendre à un bilan «terrible» de morts lors du pic, pas encore atteint, de l’épidémie.

L’administrateur fédéral des services de santé publique, Jerome Adams, a dressé quelques comparaisons pour donner la mesure de la crise.

La semaine prochaine sera un moment comme Pearl Harbor, comme le 11-septembre, sauf que ce ne sera pas localisé, ce sera dans tout le pays.

Jerome Adams

Voir le témoignage de notre correspondante en vidéo:


■ Le Japon s’apprête à décréter l’état d’urgence (qui n’est pas un confinement)

Le gouvernement japonais se prépare à déclarer l’état d’urgence afin d’endiguer la propagation de la pandémie. Le premier ministre Shinzo Abe devait consulter lundi un comité d’experts conseillant son gouvernement pour gérer la crise sanitaire et de nombreux médias locaux spéculaient sur une déclaration de l’état d’urgence dès mardi.

Bien que voisin de la Chine, foyer d’origine du Covid-19, le Japon est jusqu’à présent nettement moins touché par la pandémie que l’Europe ou les Etats-Unis, rappelle l’AFP. L’archipel totalisait dimanche quelque 3650 cas pour 73 décès, selon un dernier bilan officiel.

Le nombre de cas a cependant sensiblement augmenté depuis deux semaines, notamment à Tokyo.

L’état d’urgence devrait seulement viser certaines régions, et ne devrait pas entraîner des mesures de confinement aussi drastiques que celles actuellement en vigueur dans de nombreux autres pays, notamment en Europe.

Concrètement, les gouverneurs des régions concernées pourront «demander» aux habitants de rester chez eux et appeler les commerces non essentiels à suspendre leurs activités. Les autorités pourront aussi réquisitionner des terrains ou des bâtiments existants à des fins médicales.


■ Le discours de la reine

Voici le discours prononcé par Elizabeth II dans son intégralité.

Et sa version traduite par France 24.


■ Boris Johnson hospitalisé

Dimanche soir, le premier ministre britannique Boris Johnson, testé positif au nouveau coronavirus il y a dix jours, a été hospitalisé pour subir de nouveaux examens, ont annoncé ses services.

«Sur les conseils de son médecin, le premier ministre a été admis ce soir à l’hôpital pour des examens», a annoncé Downing Street dans un communiqué. «Ceci est une mesure de précaution car le Premier ministre continue de présenter des symptômes persistants du coronavirus, dix jours après avoir été contrôlé positif», ajoute le communiqué.

Boris Johnson, 55 ans, avait annoncé vendredi qu’il prolongeait la quarantaine qu’il observe depuis son dépistage au-delà des sept jours recommandés par les autorités sanitaires britanniques car il continuait d’avoir de la fièvre, un des principaux symptômes de la maladie.


■ Le bilan global du début de semaine

La pandémie a fait au moins 68 125 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, pour près de 1 245 000 cas recensés, selon le dernier pointage de l’agence AFP. Celle-ci précise que concernant les cas déclarés, le chiffre est certainement sous-estimé.