Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Theresa May au sommet européen à Bruxelles, le 20 octobre 2017. /REUTERS /Eric Vidal
© ERIC VIDAL

Grande-Bretagne

Theresa May espère un accord pour le Brexit qu'elle puisse défendre

Lors d'un dîner des 28 dirigeants européens, réunis en sommet à Bruxelles, la première ministre britannique a exprimé sa volonté de «travailler ensemble». Les négociations se poursuivent vendredi

La première ministre britannique, Theresa May, a exhorté jeudi lors d’un sommet à Bruxelles les Européens à l’aider à trouver un accord sur le Brexit qu’elle puisse défendre devant ses concitoyens. L’UE doit se réunir vendredi, sans elle, pour faire le point sur les négociations.

«Il y a un sentiment croissant selon lequel nous devons travailler ensemble pour arriver à un résultat que nous pouvons soutenir et défendre devant nos concitoyens», a plaidé Theresa May lors d’un dîner des 28 dirigeants européens, réunis en sommet à Bruxelles.

Lire aussi: Et si le Brexit n’avait pas lieu?

Selon un haut responsable britannique, Theresa May a insisté sur l’importance d’obtenir un accord que «le peuple britannique perçoit comme étant dans le meilleur intérêt du Royaume-Uni. Et de même du côté européen.»

La première ministre a également exhorté ses homologues à «un effort conjoint», dans la poursuite de la dynamique qui a suivi son discours de Florence du 22 septembre, selon une source au sein du gouvernement britannique qui a rapporté ses propos. Elle avait alors avancé deux propositions: un engagement à payer 20 milliards d’euros pour régler les comptes auprès de l’UE, et l’instauration d’une période de transition de deux ans après la date officielle du Brexit, le 29 mars 2019.

Un tête-à-tête Donald Tusk-Theresa May vendredi

Si les Européens s’accordent à reconnaître la main tendue par Theresa May lors de ce discours, l’inquiétude persiste de voir les négociations s’achever sans accord de retrait, en premier lieu parce que la facture du divorce continue de bloquer les échanges. Bruxelles estime en effet officieusement le montant de la facture compris entre 60 et 100 milliards d’euros.

Les Européens ont prévu de faire un geste en acceptant de lancer des «préparations internes» en vue des futures négociations sur la relation post-Brexit que Londres attend avec impatience. Mais ils devraient rester inflexibles sur la nécessité de boucler d’abord les modalités du divorce, avant de se lancer dans une tractation commerciale.

Lire aussi: En compensation du Brexit, Londres va proposer de payer 20 milliards d’euros à l’UE

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, doit rencontrer Theresa May vendredi matin en tête à tête. Il espère pouvoir finaliser la première phase des discussions du Brexit, consacrée strictement au divorce, lors du prochain sommet de l’UE à la mi-décembre, à condition que les Britanniques présentent des propositions «plus concrètes».

Lire aussi: Les expatriés suisses ne quitteront pas Londres

Les droits des citoyens expatriés après le Brexit, l’une des trois priorités de l’UE dans les négociations – avec le règlement des engagements financiers de Londres et les conséquences du divorce pour l’Irlande –, constituent une urgence pour Theresa May.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a