La Grande-Bretagne ne cherchera pas à rester «à moitié dehors, à moitié dedans» l'Union européenne, doit annoncer mardi 17 janvier la Première ministre britannique Theresa May. Son discours définira les douze priorités des négociations sur le Brexit.

Selon plusieurs journaux britanniques, la sortie du marché unique européen ainsi que le contrôle des frontières figureront au nombre de ces 12 objectifs de discussion que doit énoncer May dans un discours attendu de longue date.

Lire également: Theresa May appelle à l'unité pour 2017

Ces anticipations renforcent les craintes des investisseurs d'un Brexit dur. Elles ont fait reculer lundi le sterling à son plus bas niveau depuis 32 ans, hormis l'épisode du «flash crash» d'octobre.

«Nous cherchons un partenariat nouveau et équitable - entre une Grande-Bretagne indépendante, qui se prend en main, et nos amis et alliés de l'Union européenne», doit déclarer Theresa May, selon des extraits du texte diffusés par son cabinet.

Nouvelles relations commerciales

«Pas d'appartenance partielle à l'Union européenne, pas de membre associé de l'UE, rien qui nous laisse à moitié dehors, à moitié dedans. Nous ne cherchons pas à adopter un modèle dont bénéficient déjà d'autres pays», doit-elle dire.

Plusieurs médias britanniques spécifient qu'elle annoncera clairement que la Grande-Bretagne compte se retirer de la juridiction de la Cour de justice de l'Union européenne.

Lire aussi: Brexit: Londres menace de passer à un autre modèle économique et fiscal

En matière d'union douanière, Theresa May devrait rester plus vague, rapporte la presse, mais mettre l'accent sur la construction de nouvelles relations commerciales supposant la fin du statut actuel de la Grande-Bretagne.

Réussite de l'Europe

Theresa May fera en outre de la reconquête du contrôle des frontières du Royaume-Uni l'un des thèmes centraux de sa stratégie en matière de Brexit. Dans son discours, la Première ministre entend défendre une Grande-Bretagne qui soit un «aimant pour les talents internationaux», un «grand pays commerçant au niveau mondial», au-delà des frontières européennes.

La réussite de l'Europe fait partie de l'intérêt national britannique, poursuivra-t-elle.

«Nous continuerons d'être des partenaires fiables, des alliés volontaires et de proches amis. Nous voulons acheter vos biens, vous vendre les nôtres, commercer avec vous de manière la plus libre possible et travailler ensemble pour faire en sorte que nous soyons tous plus en sécurité, plus prospères, à travers cette amitié poursuivie.»