Royaume-Uni

Theresa May se présente comme l’anti-Thatcher

Pour son premier grand discours politique, la première ministre s’installe au centre de l’échiquier politique

Theresa May a opéré mercredi un profond virage politique vers le centre, voire le centre gauche de l’échiquier politique britannique. Pour son premier grand discours politique depuis qu’elle est devenue première ministre, clôturant la conférence annuelle du Parti conservateur à Birmingham, elle a dessiné sa vision d’un pays plus égalitaire, où l’Etat joue un rôle actif.

«Je veux placer notre parti et notre pays sur le chemin d’un nouveau centre de la politique britannique. […] Je veux mettre le pouvoir de ce gouvernement clairement au service des gens ordinaires des classes populaires», a-t-elle déclaré.

La «révolution tranquille» du Brexit

Theresa May ne voulait pas voir son discours obscurci par la question du Brexit. Elle avait donc évacué le sujet dimanche, en indiquant ses premières orientations sur le sujet. Mercredi, celle qui a succédé à David Cameron s’est concentrée sur sa vision politique, rebondissant cependant sur le référendum du 23 juin pour en tirer un diagnostic inquiétant du Royaume-Uni. «Ce n’était pas qu’un vote pour se retirer de l’UE, mais aussi […] un sens profond et, reconnaissons-le, souvent justifié, que le monde marche aujourd’hui pour les privilégiés, pas pour les gens ordinaires.» Pour elle, le Brexit marque une «révolution tranquille […] où des millions de gens se sont levés et ont dit qu’ils refusaient d’être ignoré plus longtemps».

La première ministre en tire deux conclusions. Sur les questions de société, la fille d’un pasteur de campagne adopte une ligne conservatrice traditionnelle. «Ecoutez la façon dont de nombreux politiciens et commentateurs parlent du grand public. Ils trouvent votre patriotisme de mauvais goût, votre inquiétude sur l’immigration étriquée, vos opinions sur la délinquance intolérante, votre attachement à la sécurité de votre emploi gênante.» Elle étrille au passage les élites cosmopolites. «Si vous croyez que vous êtes un citoyen du monde, vous êtes un citoyen de nulle part.»

Une ligne économique en rupture

Sur les questions économiques, Theresa May se montre en revanche en rupture avec la ligne conservatrice, appelant à l’intervention de l’Etat. «Si vous êtes un patron qui gagne une fortune mais qui ne s’occupe pas bien de ses employés, une entreprise internationale qui traite les impôts comme étant optionnels, […], je vous préviens: ça ne peut pas durer.»

La première ministre conservatrice promet que les droits des employés seront renforcés, que les services de santé seront protégés, que l’évasion fiscale sera condamnée. «Le gouvernement peut et doit être une force pour le bien. L’Etat existe pour fournir ce que les individus, les communautés et les marchés ne peuvent pas faire.»

Theresa May a bien évoqué Margaret Thatcher à la fin de son discours, mais ses valeurs semblent très éloignées de celles de la Dame de fer. Il lui reste pourtant l’essentiel: transformer ces idées en politiques concrètes.

Publicité