La première ministre britannique Theresa May a signé lundi un accord de gouvernement avec le petit parti ultraconservateur nord-irlandais DUP, près de trois semaines après avoir perdu la majorité absolue au Parlement à l’issue des législatives. «Un accord a été signé», a déclaré lundi en fin de matinée un porte-parole de Downing Street.

Theresa May, qui a essuyé un revers cinglant aux élections du 8 juin qu’elle avait convoquées par anticipation pour conforter sa majorité à la Chambre des communes, la chambre basse du parlement, a besoin du soutien du DUP pour gouverner.

A ce sujet: Le pari chancelant de Theresa May

Dix précieux sièges

Son parti, le Parti conservateur, ne dispose plus que de 317 sièges sur 650, ce qui la laisse à la merci d’un rejet de son programme et même d’un vote de défiance. Le DUP dispose quant à lui de 10 sièges.

Si les détails de l’alliance n’ont pas encore été révélés, les deux partis ont laissé entendre ces dernières semaines que ce serait un accord au cas par cas et qu’il n’était pas question pour le DUP d’entrer au gouvernement.

Lire aussi: Fragilisée, Theresa May sacrifie ses lieutenants

Des positions ultraconservatrices

Cette alliance fait cependant grincer des dents, y compris au sein du Parti conservateur, en raison des positions ultraconservatrices du DUP sur les questions de société. Ce parti s’oppose ainsi systématiquement à l’avortement, interdit en Irlande du Nord, et au mariage homosexuel, autorisé partout ailleurs au Royaume-Uni.

D’autres élus ou ex-élus du DUP, adeptes de courants créationnistes comme la Caleb Foundation, se sont prononcés en faveur de la peine de mort, de l’internement des catholiques et ont mis en doute le changement climatique.