Royaume-Uni

Theresa May veut repousser à 2021 l’entrée en vigueur effective du Brexit

La première ministre britannique propose une période de transition de deux ans, pendant laquelle rien ne changerait

Theresa May a officiellement demandé une période de transition de deux ans, menant jusqu’en 2021, avant l’entrée en vigueur réelle du Brexit. Dans un discours très attendu, prononcé ce vendredi à Florence, et destiné à débloquer les négociations entre le Royaume-Uni et l’Union Européenne (UE), la première ministre britannique a clarifié ses demandes. Si celles-ci ne font que confirmer les déclarations préalables de ses ministres et les fuites savamment organisées cet été, elles ont le mérite d’être désormais explicites.

Lire aussi: Brexit: quatre questions sur la facture «salée» que l’UE veut présenter à Londres

Theresa May n’avait guère le choix. Les négociations officielles avec l’UE sont légalement prévues pour durer deux ans, ce qui mène au 30 mars 2019. Ensuite, le Royaume-Uni ne sera plus membre des Vingt-Huit. Or, pour l’instant, les discussions sont enlisées. A seulement dix-huit mois de l’échéance fatidique, la première ministre avait besoin de demander plus de temps.

Une période de «mise en place»

Pour la première fois, elle est spécifique, évoquant une période de «deux ans». Surtout, elle précise que pendant cette période, rien ne changerait. «L’accès à nos marchés respectifs continuerait selon les conditions actuelles, et la Grande-Bretagne continuerait à prendre part aux mesures de sécurité.» Même l’immigration européenne, tant décriée pendant la campagne du référendum, ne serait pas affectée. «Les gens pourront venir et travailler au Royaume-Uni, mais il y aura un système d’enregistrement administratif (ce qui n’est pas le cas actuellement).» Si les Européens acceptent une telle transition – ce qui reste à voir –, les Britanniques ne verraient donc pas de vrais changements liés au Brexit avant fin mars 2021.

La première ministre britannique prend cependant soin de préciser que ces deux années seraient une «période de mise en place» du nouveau régime post-Brexit et non pas une période où les négociations continueraient. Cela nécessiterait que la relation future entre le Royaume-Uni et l’Union européenne soit conclue d’ici à mars 2019. Un calendrier très serré, comparé par exemple aux sept ans qu’il a fallus à l’UE pour négocier son accord de libre-échange avec le Canada.

Lire également: Les mots pour comprendre le Brexit

Un engagement à payer 20 milliards d’euros

Par ailleurs, Theresa May a fait un geste envers Bruxelles. Les négociations sont actuellement bloquées à cause de la facture du divorce. En particulier, les Européens veulent que Londres paie tous ses engagements budgétaires pris auprès de l’UE, qui s’étendent jusqu’en 2020. La première ministre britannique s’est voulue rassurante: «Je ne veux pas que nos partenaires (européens) craignent qu’ils aient à payer plus ou qu’ils reçoivent moins pour le reste du plan budgétaire. Le Royaume-Uni honorera ses engagements»

Réaction européenne prudente

Lue entre les lignes, cette promesse s’élèverait autour de 20 milliards d’euros. C’est loin des 50 à 60 milliards d’euros évoqués par différents think tanks, mais c’est un geste. La réaction européenne à ce discours a été très prudente. Michel Barnier, le négociateur de la commission, salue «l’esprit constructif» de Theresa May. Mais pour la facture, il «attend de voir les conséquences concrètes de la promesse» de la première ministre. Et pour la période de transition de deux ans, il estime que «la requête pourrait être prise en compte […] si l’UE le souhaite.» Il rencontre lundi son homologue David Davis, pour entrer dans le vif du sujet, à huis clos.

Lire aussi: Michel Barnier, le montagnard qui fait peur à Londres

Ensuite, la balle sera dans le camp des dirigeants européens. A leur sommet des 19 et 20 octobre, ceux-ci doivent décider si «des progrès suffisants» ont été réalisés pour passer à la deuxième phase des négociations, celle des relations futures entre l’UE et le Royaume-Uni. A ce stade, cela reste très incertain.

Publicité