Au lendemain de l'attentat dans le métro qui a tué vendredi 39 personnes et blessé plus d'une centaine d'autres, les mesures de sécurité ont été renforcées à Moscou. Aucune vague de panique n'a cependant saisi la population. La télévision a lancé des appels recommandant d'éviter de prendre les transports publics ou d'entrer dans des magasins non surveillés, mais cela n'a pas empêché les Moscovites de passer un week-end normal.

L'attentat n'a toujours pas été revendiqué. Les autorités, président Vladimir Poutine en tête, ont cependant accusé les rebelles tchétchènes. Alors que les enquêteurs n'excluent pas la piste d'une valise piégée laissée dans la rame, le maire de Moscou, Youri Loujkov, a affirmé que la déflagration s'est produite à 50 centimètres du sol, confirmant ainsi la thèse de l'attentat-suicide. Il a aussi promis de renforcer les procédures d'enregistrement pour mieux surveiller l'arrivée des étrangers à Moscou. Des mesures qui rendront la vie un peu plus difficile encore aux personnes originaires du Caucase qui font déjà l'objet de nombreux contrôles d'identité.