Le nom des responsables des attaques qui ont gravement endommagé des installations pétrolières saoudiennes, samedi, fait toujours débat. L’Arabie saoudite a accusé Téhéran d’avoir commandité les opérations, sans être vraiment soutenue par son allié Donald Trump. Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a, lui, prévenu du risque de «guerre totale» en cas de frappes militaires américaines sur l’Iran. Pour Thierry Coville, chercheur à l’Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS) et spécialiste de l’Iran, ces nouvelles tensions mettent surtout en relief les «deux sons de cloche» de Donald Trump et de son secrétaire d’Etat, Mike Pompeo.

Lire aussi: L'Iran devrait augmenter ses stocks d'uranium enrichi