Chine

Le Tibet fermé aux étrangers

La Chine va fermer le Tibet aux touristes étrangers avant le 10 mars, jour du 50e anniversaire de l’insurrection tibétaine, qui avait été suivie de la fuite en Inde du dalaï lama. Cet anniversaire tombe peu avant celui des émeutes de l’an dernier, le 14 mars.

«Les autorités ont demandé aux agences de tourisme de cesser d’organiser des voyages pour les étrangers jusqu’au 1er avril», a indiqué à Lhassa une employée d’une agence de voyage officielle, sous le couvert de l’anonymat.

Cette interdiction pour les étrangers de se rendre sur le «Toit du monde» a été confirmée par un hôtel de Lhassa, la capitale tibétaine, et trois agences de voyage de la ville de Chengdu, dans la province voisine du Sichuan, qui organisent habituellement des excursions au Tibet.

On ignore à partir de quelle date cette interdiction sera effective.

Appel à quitter les lieux

Une employée d’une auberge de jeunesse dans la vieille ville de Lhassa, où avaient eu lieu les émeutes de mars, a indiqué héberger actuellement deux touristes étrangers. «On leur a dit qu’ils devaient quitter Lhassa», a-t-elle dit, également sous le couvert de l’anonymat de peur des représailles.

«Ils partiront probablement demain ou après-demain et j’ai entendu que c’était la même chose dans toute la ville», a-t-elle ajouté. Le gouvernement régional du Tibet n’était lui pas joignable. Les administrations régionales sont fermées en raison du Nouvel an tibétain qui tombe mercredi.

Sécurité renforcée

La sécurité a été renforcée dans la Région autonome du Tibet et dans les provinces limitrophes à population tibétaine, selon des sources concordantes.

Pékin redoute la célébration, le 10 mars, du 50e anniversaire de l’insurrection tibétaine qui avait été suivie de la fuite en Inde du dalaï lama, le chef des bouddhistes tibétains, et celle, le 14 mars, des émeutes de l’an dernier.

Les autorités chinoises interdisent l’accès du Tibet aux étrangers à chaque fois que la situation y est particulièrement tendue. La Région avait ainsi été fermée après les émeutes de l’an dernier, jusqu’en juin.

Publicité