Le groupe Etat islamique (EI) a pris le contrôle de Tora Bora, dernière forteresse d'Oussama Ben Laden, dans l'est de l'Afghanistan, où le leader d'Al-Qaida s'était retranché pour échapper aux Américains après le 11-Septembre.

Le réseau de grottes, particulièrement difficile à pénétrer, avait alors fait l'objet d'une âpre bataille et de bombardements intenses, en décembre 2001, jusqu'à ce que Ben Laden gagne les zones tribales et se réfugie au Pakistan, où il a été abattu lors d'un raid des forces spéciales américaines en 2011.

Une prise très symbolique

Cette prise hautement symbolique de l'EI, qui en a chassé les talibans, remonte à l'aube de mercredi, selon des sources locales concordantes contactées par l'AFP.

«La zone de Tora Bora dans le district de Pachir Agam est tombée aux mains des combattants de Daech», acronyme arabe de l'EI, a indiqué jeudi à l'AFP le porte-parole du gouverneur provincial du Nangarhar, Ataullah Khogyani, confirmant les récits de nombreux habitants de la zone.

«Les forces de sécurité, l'armée, la police locale et des habitants en colère ont lancé une opération pour reprendre Tora Bora la nuit dernière, mais ils ne peuvent pas mener d'opération au sol dans cette zone montagneuse, pleine de grottes. Et il y a toujours de nombreux combattants talibans par là-bas», a-t-il précisé.

Le porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid, a confirmé à l'AFP que la zone leur avait échappé et avait été conquise par Daech. «Nous avons essayé de résister mais nous avons échoué et sept de nos moudjahidines sont tombés en martyrs lors des combats.»

D'après lui, les combats se poursuivent. «Avec les habitants, nous planifions une opération pour reprendre Tora Bora», a-t-il indiqué.

Y a-t-il eu des combats?

Mais selon un responsable tribal dans la région, Juma Khan, «les talibans se sont enfuis quand les combattants de Daech ont lancé leur offensive». «Ils nous ont laissés seuls avec les femmes et les enfants, s'est-il plaint à l'AFP. Nous sommes des centaines de familles à nous être échappées quand Daech est arrivé.»

La province du Nangarhar abrite de nombreux insurgés talibans, mais aussi de l'EI qui a fait de cette zone, à la frontière du Pakistan, sa base d'entrée en Afghanistan.

Tora Bora est situé à quelques dizaines de kilomètres de leur principale base dans l'est afghan, le district d'Achin, où les forces américaines stationnées en Afghanistan affirment les poursuivre sans relâche depuis l'été 2016.

«Les combattants de Daech sont arrivés en grand nombre tôt mercredi matin par la montagne pour lancer l'assaut contre Tora Bora», a rapporté un habitant de Tora Bora, Gul Rafiq. «Les talibans n'ont pas résisté», a-t-il assuré à l'AFP.

Selon un autre résident, Malek Qasim, les assaillants arrivaient des districts d'«Achin, Haska Mina et Pachir Agam. Tora Bora menaçait de tomber depuis un moment, malheureusement vous ne voyez que des talibans ou Daech dans cette zone, il n'y a aucun contrôle gouvernemental», s'est-il plaint.

Nouvelle place forte de l'EI

Des parlementaires ont d'ailleurs interpellé les autorités mercredi au parlement, réclamant des mesures fortes pour contrer la progression de l'EI.

«Daech a transféré le centre de ses activités à Tora Bora», a accusé un député à Kaboul, Allah Gul Mujahid. «Ils ont des centaines de combattants dans les districts de Khogyani et Azra qui sont en train de recruter», s'est-il inquiété.

Début avril, l'armée américaine avait pourtant largué la plus puissante de ses bombes conventionnelles, jamais utilisée depuis sa mise au point, ciblant un réseau de grottes et de tunnels utilisé par l'EI à Achin.

L'opération avait fait, selon un bilan officiel, 96 morts parmi les djihadistes de l'EI.

Les troupes américaines présentes en Afghanistan sous mandat de l'OTAN disposent également de l'autorité pour traquer la menace terroriste: c'est encore à ce titre qu'elles ont conduit, depuis juillet 2016, de nombreuses frappes aériennes sur les positions de l'EI à Achin notamment.

Pour certains observateurs, c'est la «mère de toutes les bombes» lâchée par les Etats-Unis sur le district d'Achin qui a poussé les combattants de l'EI à chercher une autre cache plus sûre.