La forteresse rouge toscane tremble sous les coups de Matteo Salvini, mais résiste. Le secrétaire fédéral de la Ligue espérait conquérir ce région depuis toujours à gauche dans l’espoir d’endiguer la baisse de ses électeurs au niveau national et de réaffirmer son autorité sur son parti et sur la coalition de droite. Mais les premiers résultats lundi soir, après la fermeture des bureaux de vote à 15 heures, indiquaient comme nouveau gouverneur le président sortant du Conseil régional, Eugenio Giani, du Parti démocrate. Celui-ci a freiné les ambitions du leader d’extrême-droite en remportant plus de 48% des voix, devançant ainsi de plus de sept points la candidate de la Lega Susanna Ceccardi, selon plus d’un quart des voix comptabilisées à 20 heures.

Lire aussi notre éditorial: En Italie, la redoutable tâche de Giuseppe Conte