Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Depuis 1993, Totò Riina purgeait une peine cumulée de 26 condamnations à la prison à vie.
© Giulio Broglio / AP Photo

ITALIE

Totò Riina, chef sanguinaire de la mafia sicilienne, est mort

Le parrain des parrains de Cosa Nostra est décédé vendredi des suites d’un cancer. L’un des hommes les plus redoutés de la mafia sicilienne a changé en profondeur l’organisation criminelle

«Il est allé en enfer», lâche Gaspare Mutolo, repenti de la mafia et ancien chauffeur de Totò Riina, quelques heures après la mort du parrain des parrains. Celui qui était toujours désigné comme le chef «indiscuté» de Cosa Nostra, la mafia sicilienne, est décédé à l’âge de 87 ans dans la nuit de vendredi. Hospitalisé dans l’aile des prisonniers d’un hôpital de Parme, dans le nord de l’Italie, il souffrait d’un cancer.

En cavale durant un quart de siècle

L’homme considéré comme l’un des boss les plus redoutés de l’histoire de la mafia sicilienne était incarcéré depuis début 1993, après un quart de siècle passé en cavale. Il purgeait une peine cumulée de 26 condamnations à la prison à vie pour avoir commandité des dizaines de meurtres – voire des milliers selon certains médias italiens –, notamment les attentats contre les juges anti-mafia Giovanni Falcone et Paolo Borsellino. Cet été, la justice avait rejeté la demande de son avocat de le faire sortir de prison pour avoir le «droit de mourir dignement».

«La pitié face à la mort d’un homme ne doit pas faire oublier ce qu’il a fait, la douleur causée et le sang versé», a réagi Pietro Grasso, ancien juge anti-mafia aujourd’hui président du Sénat. Lors de ses enquêtes au début des années 1990, ce Sicilien avait échappé à un attentat. Le président de la République, Sergio Mattarella, n’avait quant à lui pas encore rompu le silence vendredi soir. En 1980, il voit son frère Piersanti, alors président de la région sicilienne, mourir dans ses bras, criblé de balles par la mafia. Cette décennie marque le début du règne sanguinaire de Totò Riina.

Une ascension dans la violence

Salvatore, de son vrai nom, naît le 16 décembre 1930 à Corleone, à une soixantaine de kilomètres au sud de Palerme. Il est condamné une première fois à 12 ans de prison pour meurtre à l’âge de 19 ans. Son ascension vers la tête de la «Cupola», l’exécutif de la mafia, se fait ensuite dans la violence. Son histoire reflète «surtout celle d’un groupe de jeunes garçons de Corleone, pauvres et en même temps impitoyables, qui s’en sont pris à la hiérarchie de Cosa Nostra, à ses règles, ses lois et sa moralité, même si déformée», résume l’hebdomadaire L’Espresso.

Au début des années 1980, le clan des Corléonais s’empare de toutes les activités de la mafia au sein de laquelle il opérait déjà depuis une décennie, au prix d’une guerre ayant fait plus de 200 victimes chez les mafieux. Depuis lors, la «culture mafieuse a changé, selon le collaborateur de la justice Gaspare Mutolo. Les règles voulaient par exemple qu’on ne touche pas aux familles, par respect. Cela a été rompu.» Totò Riina n’hésite par exemple pas à ordonner l’exécution d’un enfant de 13 ans en le plongeant dans l’acide, pour punir son père.

Auparavant, si par exemple un agent posait problème, nous faisions en sorte qu’il soit muté. Totò Riina, lui, le voulait mort, pour que son successeur ait peur

Le repenti âgé aujourd’hui de 77 ans semble admirer son ancien boss «charismatique», mais n’hésite pas à décrire un homme «terriblement méchant à l’intérieur», qui invitait ses victimes autour de sa table et trinquait avec elles avant de les étrangler. Gaspare Mutolo connaît bien ce quotidien criminel. Sous la «Cupola», il a tué aussi par strangulation une vingtaine de personnes, s’occupait du trafic de drogue et de séquestrer des personnes à échanger contre des rançons. Il se rappelle encore clairement «la terreur dans les yeux de ses victimes», du moment où elles mouraient «quand du sang leur sortait des oreilles».

«Organisation terroriste mafieuse»

Et pourtant, la cruauté de Totò Riina, et la crainte d’un père pour ses enfants, a poussé Gaspare Mutolo à collaborer avec la justice. Les autres «le suivaient par peur, raconte-t-il encore. Il éliminait ceux qui s’opposaient à ses méthodes. Auparavant, si par exemple un agent posait problème, nous faisions en sorte qu’il soit muté. Totò Riina, lui, le voulait mort, pour que son successeur ait peur. C’était une dictature.»

Le parrain a transformé la mafia sicilienne en «organisation terroriste mafieuse», expliquent les médias italiens. Sa violence et sa froideur le conduiront à mener une guerre contre l’Etat engagé dans la répression du crime organisé et, par conséquent, à sa perte. Les assassinats des juges Falcone et Borsellino dans des attentats spectaculaires en mai et juillet 1992 provoqueront une réaction des autorités à la hauteur et son arrestation quelques mois plus tard.

«Riina a emporté dans la tombe d’importants secrets»

Un voile de mystère enrobe toujours cette figure et ses actions. Avec sa mort, «il y en a sans doute qui ont eu un soupir de soulagement, a affirmé vendredi Salvatore Borsellino, le frère du juge assassiné, car Riina a emporté dans la tombe d’importants secrets», notamment sur les potentielles réelles motivations des attentats, et sur leurs commanditaires. Mais le repenti ne semble pas avoir de doute. La «Belva», la bête, agissait seul «dans son euphorie».

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a