Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Partiellement bouclées, les rues de Sultanahmet étaient désertes mardi. Le tourisme, secteur phare de l’économie turque, pourrait avoir du mal à se relever de la vague de violence qui sévit dans le pays.
© BULENT KILIC / POOL

Économie

Le tourisme touché en plein cœur en Turquie

L’attentat qui a fait dix victimes étrangères à Istanbul visait à affaiblir l’économie ottomane, déjà éprouvée par la détérioration des relations avec la Russie

C’est la première attaque visant directement des Occidentaux. L’attentat de mardi qui a fait dix victimes (toutes allemandes) et 15 blessés dans le cœur historique d’Istanbul laisse craindre le pire pour l’économie turque, déjà éprouvée par l’instabilité dans la région. «C’est une très mauvaise nouvelle pour le secteur touristique, souligne Ipek Ozkardeskaya, analyste de marché chez London Capital Group, citée par CNN. Istanbul est déjà en train de souffrir d’une forte baisse de ses visiteurs.»

Lire aussi: Ankara est aux prises avec plusieurs «guerres contre le terrorisme»

Jusqu’à présent, l’industrie avait pu sauver les meubles grâce à l’augmentation du nombre de touristes en provenance d’Allemagne ou des pays du Golfe. Elle avait pourtant clôturé l’année 2015 sur une légère baisse globale de 1,36%, selon les chiffres du Ministère turc du tourisme. Les Suisses, comme le reste des Européens, se sont, eux, montrés moins confiants face à une destination qui se profilait comme une intéressante alternative à l’Egypte ou la Tunisie.

Chute des réservations

Sur la plateforme ebookers, les réservations de billets d’avion ont diminué de 15% sur le deuxième semestre de l’année, par rapport à 2014. Ces derniers mois, une vague de violence – incluant deux attentats à la bombe ayant fait 102 victimes dans la capitale – a commencé à lever des doutes sur la capacité du gouvernement ottoman à garantir la sécurité des visiteurs sur son territoire.

Depuis le début de l’année, la chute a même atteint 28%, par rapport à la même période en 2014. «Le mois de janvier est le plus important de l’année au niveau des réservations pour la Turquie. Nous nous attendons à voir l’écart s’agrandir cette année au vu des événements d’hier», explique Britta Beisheim, cheffe marketing d’ebookers pour la Suisse. La compagnie d’aviation easyJet a même cessé de desservir la Turquie «le 21 octobre 2015 du fait d’une baisse de la demande», informe son service de presse.

Suite à l’attentat d’Istanbul, le Département des affaires étrangères a mis à jour ces conseils aux voyageurs. Il recommande, tout comme les autorités allemandes, de se tenir «à l’écart des rassemblements de foule et des manifestations de tout genre» et d’éviter tout voyage près de la frontière syrienne ou irakienne.

En 2014, la Turquie, sixième destination mondiale, avait pourtant accueilli près de 35 millions de touristes et généré 34 millions de dollars. Le ralentissement de son son économie – la croissance a baissé à 3% et sa monnaie a perdu 25% face au dollar sur les douze derniers mois – a rendu cette manne plus nécessaire que jamais pour équilibrer les comptes déjà déficitaires du gouvernement.

Le tourisme turc souffrait déjà de la détérioration des relations avec la Russie, dont les ressortissants représentent le deuxième contingent de visiteurs (4,5 millions), juste derrière les Allemands. Après la destruction de l’un de ses avions de combat par l’armée ottomane, Moscou a notamment interdit à ses agences de voyages de vendre des séjours en Turquie. Des mesures qui ont signifié une baisse de 18% des arrivées en provenance de Russie, selon les chiffres officiels.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a