Monde

Trafigura possède plus de 50 bureaux de négoce dans le monde

Le groupe est enregistré aux Pays-Bas. Il a déjà été impliqué dans le scandale onusien «Pétrole contre nourriture».

Fondé en 1993 par d'anciens collaborateurs de l'homme d'affaires américain Marc Rich, condamné dans son pays pour une fraude fiscale de grande ampleur puis gracié par l'ancien président Bill Clinton, le groupe Trafigura Beheer BV (un millier d'employés, 30 milliards de dollars de chiffre d'affaires en 2005) est enregistré aux Pays-Bas, pour bénéficier des protections fiscales très avantageuses que la législation néerlandaise réserve aux sociétés étrangères. La société, dont le véritable siège se situe à Lucerne, possède 55 bureaux de négoce répartis dans 36 pays. L'ouverture d'une enquête sur le contenu précis du Probo Koala, le navire affrété par l'entreprise, dans le cadre du déchargement sauvage de déchets toxiques à Abidjan, rappelle que Trafigura a déjà eu affaire à la justice dans le cadre du programme «Pétrole contre nourriture» en Irak. En mai dernier, Trafigura a reconnu avoir violé la loi fédérale américaine et l'embargo onusien imposé sur le gouvernement de Saddam Hussein de l'époque. Sur certaines transactions menées par Trafigura après 1991, les bénéfices retirés de la vente de pétrole allaient non pas au programme d'aide humanitaire de l'ONU destiné au peuple irakien mais vers des fonds privés. Trafigura a plaidé coupable devant un tribunal du Texas et a payé une amende de près de 20 millions de dollars. Le groupe, qui a expliqué que le pétrole irakien n'avait jamais été une part importante de ses activités (les chargements en question ont représenté moins de deux pour cent du chiffre d'affaires), a tenté par la suite de se dédouaner en faisant porter la responsabilité du détournement sur un tiers contractant, qui aurait délibérément violé les règlements de l'ONU «malgré les garanties exigées par Trafigura et reçues à l'époque par ce tiers».

Publicité