Afrique

«La transition politique en RDC est l'idée d'un génie maléfique»

Le militant congolais Fred Bauma a fait des mois de prison pour son combat contre Joseph Kabila. Même s’il a officiellement cédé le pouvoir, l’ancien président est très loin de s’effacer, dénonce-t-il

Durant des années, Fred Bauma s’est battu pour l’alternance politique en République démocratique du Congo (RDC). L’immense pays, au sous-sol si riche qu’il attire toutes les convoitises, a finalement un nouveau président. L’opposant Félix Tshisekedi a prêté serment en janvier dernier mais ce n’est manifestement pas lui que les Congolais ont élu. Le nouveau président est cerné par les partisans de son prédécesseur Joseph Kabila, lesquels gardent de très nombreux leviers du pouvoir. Vendredi, le parti de Kabila a raflé une écrasante majorité des sièges au sénat, une enceinte qui doit prochainement désigner les gouverneurs des provinces.

«Cette transition apparente est l’idée d’un génie maléfique», estime Fred Bauma, en visant l’ancien président honni. Ce n’est pas faute d’avoir tenté de lui mettre des bâtons dans les roues. Invité au Festival du film et forum international sur les droits humains (FIFDH), le jeune militant, pas encore 30 ans, est l’un des animateurs de Lucha, un mouvement non violent né à Goma pour dénoncer le chaos en RDC. Il a toujours baigné dans la politique. Son père était député et un chef coutumier. A peine ses études finies, Fred Bauma rejoint la Lucha. Derrière son calme se cache une impressionnante détermination.