Quelles perspectives économiques discerne-t-on dans les programmes des deux finalistes de la présidentielle française? Nos analyses.

Lire aussi: Le programme économique de Marine Le Pen, un «social-populisme» travaillé mais risqué

Comment faire oublier le candidat de 2017 et son plaidoyer pour une «start-up nation»? Et comment refermer la parenthèse très coûteuse du «quoi qu’il en coûte» mis en œuvre en 2020-2021 durant la pandémie sans provoquer une levée généralisée de boucliers? La différence entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen tient évidemment, sur le plan économique, en un mot: son bilan. Le président français sortant ne peut pas, contrairement à son adversaire, s’affranchir de ce qu’il a fait – ou non – durant son quinquennat qui s’achèvera le 13 mai. Son programme tient donc compte de cette contrainte: à la fois moins libéral que ses promesses initiales, mais toujours centré sur la compétitivité et la modernisation du pays plus que sur la défense des acquis sociaux.