S’ils avaient voulu se faire les plus discrets possible, ils ne s’y seraient pas pris autrement. Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken et le ministre de la Défense Lloyd Austin ont rencontré dimanche le président ukrainien à Kiev, sans faire de bruit, pour des raisons sécuritaires, en pleine pâque orthodoxe et alors que les résultats de la présidentielle française captaient une bonne partie de l’attention. C’est Volodymyr Zelensky qui a fait, samedi, l’annonce de leur venue, depuis une station de métro de Kiev, à l’abri des attaques aériennes. Mais ni le Secrétariat d’Etat ni le Pentagone n’ont confirmé: ils ont préféré se murer dans le silence le plus total pendant de longues heures. De quoi inciter les médias américains à la plus grande prudence. La seule source disponible? Zelensky.