La journaliste et écrivaine française Tristane Banon, qui accuse Dominique Strauss-Kahn d’avoir tenté de la violer en 2003, était entendue lundi matin par la police à Paris, a-t-on appris de source judiciaire.

Tristane Banon était entendue par les enquêteurs dans le cadre de l’enquête préliminaire ouverte par le Parquet de Paris après sa plainte pour tentative de viol, a-t-on précisé.

Le Parquet de Paris a ouvert vendredi une enquête préliminaire après la plainte pour tentative de viol déposée par la journaliste contre Dominique Strauss-Kahn, grand favori de l’élection présidentielle du printemps 2012 en France, jusqu’à ce qu’il soit arrêté mi-mai à New York et accusé de tentative de viol sur une femme de chambre.

La plainte concerne des faits qui remonteraient à février 2003, lors d’une rencontre entre DSK et la journaliste dans un appartement du centre de Paris, pour un entretien réalisé dans le cadre d’un livre. Confiée à la police, cette enquête est placée sous l’autorité du Parquet.

Si elle se révèle concluante, il peut alors décider de confier l’affaire à un juge d’instruction, qui pourrait inculper l’ex-directeur du FMI.

Pour DSK, la scène que Tristane Banon a racontée lors d’une émission télévisée en 2007, puis dans un entretien au site internet AgoraVox en 2008, est «imaginaire». Ses avocats ont prévenu qu’une procédure pour dénonciation calomnieuse sera engagée quand ils auront pris connaissance de la plainte.

A New York, Dominique Strauss-Kahn, 62 ans, a été libéré de son assignation à résidence, l’accusation de tentative de viol d’une femme de chambre ayant été fragilisée; cependant, le procureur de Manhattan a décidé de maintenir les poursuites. Une nouvelle audience est prévue le 18 juillet.