Vers 08H30 (04H00 GMT), un kamikaze a fait exploser sa voiture piégée devant l’entrée principale de la base aérienne militaire de l’Otan, à l’aéroport de Kaboul, selon le ministère de l’Intérieur, la police et l’Otan.

Trois civils tués et quatre soldats blessés

L’explosion «a tué trois civils afghans qui passaient par là et en a blessé six autres», dont l’un est «dans un état critique», a déclaré Sayed Abdul Ghafar Sayedzada, chef des enquêtes criminelles à la police de Kaboul. «Trois soldats américains et un belge» ont été également blessés, selon le colonel Koziel Bart, porte-parole de la force de l’Otan en Afghanistan (Isaf).

«J’ai vu trois véhicules 4X4 se diriger vers la base de l’Isaf et, quand ils sont arrivés devant les blocs de béton qui barrent l’accès à l’entrée principale, il y a eu une violente explosion», raconte Jan Agha, un commerçant dont le magasin se trouve à proximité.

Les talibans revendiquent l’attentat

Un porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid, a revendiqué l’attentat. Selon lui, un kamikaze «a mené une attaque suicide avec un 4X4 chargé de 500 kg d’explosifs. (...) Trois véhicules militaires américains ont été détruits, et 25 Américains tués». Les talibans exagèrent régulièrement les bilans de leurs opérations.

Par ailleurs, des insurgés s’en sont pris dans la nuit de lundi à mardi à Camp Phenix, base américaine située aux portes de Kaboul, selon la police afghane. «Les deux attaquants armés ont été rapidement éliminés. Il n’y a pas eu d’autres victimes», a expliqué le chef des enquêtes criminelles.

Kaboul est à nouveau la cible d’attaques depuis le début de l’été, la précédente remontant à lundi, lorsqu’une roquette avait tué trois civils en tombant sur une maison. Il y a quelques semaines, deux attentats suicide revendiqués par les talibans avaient déjà visé l’Otan en plein coeur de la capitale.

Le 15 août, un kamikaze avait fait exploser sa voiture piégée devant l’entrée du quartier général de l’Isaf, dans le centre de la capitale, tuant sept civils et faisant 91 blessés. Et le 18 août, une attaque contre un convoi de ravitaillement de l’Otan près du centre de Kaboul avait fait dix morts, dont neuf civils et un soldat de l’Isaf.

Les attaques se sont intensifiées

Ces deux attaques s’étaient produites quelques jours avant les élections présidentielle et provinciales du 20 août, que les talibans avaient juré de perturber. Le jour du scrutin, les violences avaient été relativement limitées mais la peur, conjuguée à une vraie désillusion des Afghans envers leur classe politique, a probablement engendré une importante abstention. Le chiffre n’a pas encore été révélé près de 20 jours après le scrutin.

Depuis plusieurs mois, les attaques des talibans se sont intensifiées dans tout le pays, malgré la présence de quelque 100.000 soldats des forces internationales dont les pertes atteignent des records.