Les trois explosions ont retenti à quelques minutes d’intervalles à peine, projetant d’importants nuages de fumée dans le ciel. Les télévisions locales ont diffusé des images de la première attaque, dans le quartier Abou Nawas, tout près des hôtels Palestine et Sheraton: des murs de béton destinés à la protection contre les explosions étaient à terre et plusieurs voitures entièrement calcinées.

Ces explosions interviennent à moins de deux mois des élections législatives malgré le renforcement des mesures de sécurité dans la capitale irakienne après des attentats spectaculaires menées depuis août.

Le 19 août, un double attentat suicide contre les ministères des affaires étrangères et des finances avait fait 106 morts et 600 blessés. Le 25 octobre, c’était au tour du ministère de la justice et du gouvernorat de Bagdad d’être visés, faisant 153 morts et plus de 500 blessés.

Le 8 décembre, cinq attentats simultanés avaient fait 127 morts et 448 blessés. Les insurgés, affaiblis, ont depuis six mois changé de stratégie: abandonnant la guerre confessionnelle, ils mènent désormais des actions spectaculaires à Bagdad, à l’approche des élections législatives prévues pour le 7 mars.