Médias

Trois journalistes russes tués en République centrafricaine

Surpris par une embuscade, les trois journalistes avaient été envoyés en Centrafrique pour enquêter sur les activités du groupe Wagner, connu pour avoir envoyé des mercenaires combattre pour le compte du Kremlin

Trois journalistes russes ont été tués lundi soir en République centrafricaine. Selon les autorités locales, les assaillants – qui n’ont pas été identifiés – ont tendu une embuscade au véhicule dans lequel ils circulaient.

Le site d’informations en ligne russe Investigation Control Centre (TsUR) a indiqué dans un message publié sur Facebook que les trois journalistes avaient été envoyés en Centrafrique pour enquêter sur les activités du groupe Wagner. Cette organisation de sécurité privée russe est connue pour avoir envoyé des mercenaires combattre en Ukraine et en Syrie pour le compte du Kremlin.

Lire aussi: En Centrafrique, la peur du génocide

TsUR a publié de nombreuses enquêtes sur la corruption dans l’entourage de Vladimir Poutine. Le média est financé par Mikhaïl Khodorkovski, un ancien magnat du pétrole devenu l’un des plus grands détracteurs du président russe.

Henri Dépélé, maire de la localité de Sibut située à environ 200 km au nord-est de la capitale Bangui, a déclaré que les trois journalistes avaient été tués vers 22h par des hommes armés qui se dissimulaient dans la végétation le long de la route. Leur chauffeur a été épargné.

Moscou a intensifié sa présence dans ce pays

Un porte-parole de la présidence centrafricaine, Albert Yaloké Mokpémé, a précisé que les corps des trois victimes avaient été retrouvés près de Sibut par des soldats de l’armée régulière. Le Ministère russe des affaires étrangères a confirmé leur mort.

Lire aussi: Mercenaires russes en Syrie: «C’est une lutte pour le régime et pour le pétrole»

Plusieurs médias locaux et internationaux ont signalé la présence de Wagner sur le territoire centrafricain depuis que Moscou a intensifié sa présence au sein du pays. Moscou a depuis début 2018 déployé des formateurs militaires à Bangui, livré des armes à l’armée nationale et assure la sécurité du président Faustin-Archange Touadéra, dont le conseiller à la sécurité est un Russe. La Russie a également obtenu l’autorisation de l’ONU pour dispenser une formation militaire à deux bataillons des Forces armées centrafricaines.

Officiellement, le programme russe vise à renforcer une armée en grande difficulté dans un pays où la majeure partie du territoire est contrôlée par des groupes armés. Mais par cette mission, Moscou vise également à renforcer son influence dans un Etat stratégique, riche en ressources telles que les diamants, l’or, l’uranium et le bois.

Publicité