Vous vous souvenez de ce navire de 400 mètres de long dont l’image avait fait le tour du monde et qui était resté coincé pendant près d’une semaine, fin mars, dans la partie sud du canal de Suez? Il empêchait alors toute circulation sur ce passage qui concentre à lui seul plus de 10% du commerce maritime international. Suite à l’intervention de 13 remorqueurs, le porte-conteneurs de 220 000 tonnes a réussi à se déloger de cet emplacement et… est toujours coincé à seulement 30 kilomètres de là, dans le grand lac Amer.

Un sac de nœuds juridique

L’Ever Given se retrouve au centre d’un imbroglio juridique. Son équipage d’une vingtaine de personnes est immobilisé à son bord, depuis son départ il y a plus de cent jours, pour assurer son entretien. Les livraisons de ses marchandises – tondeuses à gazon, trains, blouses chirurgicales, taies d’oreiller, barbecues, vélos, puces électroniques ou chaises longues – sont elles aussi en attente. Celles qui sont consommables, comme le tofu, les feuilles de thé ou les citrons, pourrissent «lentement sous le soleil égyptien», écrit Wired dans son article, publié ce 22 juin, sur «L’histoire inédite du grand bateau qui a brisé le monde».