Trois personnes ont été tuées dans une prison de Monterrey (nord du Mexique) deux jours après des violences qui ont fait 44 morts et permis à 30 détenus de s’évader d’une autre prison de la même région, ont annoncé mardi les autorités de l’Etat du Nuevo Leon.

Les victimes, parmi lesquelles une femme, ont été tuées dans la prison de Topo Chico de Monterrey mardi matin. Elles «étaient arrivées hier (lundi), accusées d’enlèvement. Pour l’instant, nous avons deux suspects» pour ces meurtres, a expliqué à l’AFP le porte-parole de la Sécurité du Nuevo Leon, Jorge Domene.

Au Mexique, beaucoup de prison sont mixtes, mais les détenus disposent de cours séparées. La femme, âgée de 24 ans, se trouvait à l’infirmerie. Les deux autres victimes, âgées de 18 et 24 ans, se trouvaient dans la zone désignée de «l’observatoire», où transitent les nouveaux arrivants.

Les trois victimes présentaient des blessures causées par des objets pointus, qui ont été infligées par les deux suspects, selon les enquêteurs.

D’après ces derniers, il pourrait s’agir d’une vengeance des proches de personnes victimes d’enlèvement par le trio.

Dimanche, 30 prisonniers membres du cartel de la drogue des Zetas s’étaient évadés de la prison d’Apodaca, dans la zone urbaine de Monterrey, et 44 détenus, supposés membres du cartel du Golfe, y ont été tués au cours d’affrontements avec d’autres détenus.

Lundi, neuf gardiens ont avoué leur complicité dans l’évasion de dimanche.

La prison d’Apodaca compte près de 3.000 détenus alors que sa capacité officielle est de 1.500.

C’est la deuxième fois en quelques mois que se produit un événement de ce genre dans la région de Monterrey. Le 13 octobre 2011, sept détenus ont été tués et 12 blessés au cours d’une rixe entre bandes rivales dans la prison de Cadereyta.

La région de Monterrey, troisième ville du Mexique avec quatre millions d’habitants, est le théâtre de rivalités sanglantes entre le cartel des Zetas et celui du Golfe. Les affrontements entre cartels se retrouvent dans les prisons, où nombre de leurs membres sont détenus.

Les violences meurtrières ne sont pas rares dans les prisons mexicaines. Début janvier, 31 détenus ont été tués et 13 blessés dans une rixe dans la prison d’Altamira, dans l’Etat de Tamaulipas (nord).