L'essentiel

Les Etats-Unis autorisent un 3e vaccin, en France Nice et Dunkerque ont étrenné leur nouveau régime de confinement le week-end, et en Suisse, un établissement recevant du public sur cinq aurait fauté en matière de prévention de propagation de l'épidémie, selon l'enquête du Matin Dimanche.

Berlin va classer la Moselle «en zone affectée par les variants» dès mardi et imposer des tests négatifs pour entrer sur son territoire. Paris proteste et négocie la durée de l’ancienneté du test pour les travailleurs frontaliers.

Des manifestations contre les mesures de propagation du coronavirus ont eu lieu ce dimanche aux Pays-Bas et en Hongrie. Ce dimanche soir, Londres s'est réjoui d'avoir franchi le seuil des 20 millions de personnes vaccinées. 

Retrouvez notre suivi de la journée de samedi


■ Londres franchit le cap des 20 millions

«Je suis absolument ravi que plus de 20 millions de personnes aient maintenant été vaccinées à travers le Royaume-Uni, a déclaré Matt Hancock, le ministre de la Santé, dans une vidéo publiée sur Twitter. Il y a encore un long chemin à parcourir mais nous avançons à grands pas», a-t-il ajouté.

Le ministre n'a pas évoqué le nombre de personnes ayant reçu leur seconde dose de vaccin mais selon les derniers chiffres officiels disponibles, datant de vendredi, quelque 768'810 de secondes doses ont été administrées. 

Mi-février, quelque 15 millions de plus de 70 ans, soignants, résidents et employés de maison de retraite, avaient été vaccinés. Le gouvernement ambitionne que tous les plus de 50 ans aient reçu une première dose de vaccin d'ici au 15 avril, puis tous les adultes fin juillet.


■ Israël vaccinera les Palestiniens avec un permis de travail

Israël va vacciner des dizaines de milliers de Palestiniens ayant un permis pour travailler en territoire israélien ou dans les colonies en Cisjordanie occupée, ont confirmé dimanche les autorités israéliennes, confirmant l'annonce d'un accord par l'Autorité palestinienne le 19 février. Cette campagne de vaccination débutera dans les «prochains jours» à des points d'entrée de la Cisjordanie occupée à Israël et dans des «zones industrielles» dans les colonies israéliennes; les travailleurs palestiniens recevront des doses de vaccins Moderna.

Plus de 4,65 millions d'Israéliens (50% de la population) ont reçu au moins une première dose depuis le lancement, le 19 décembre dernier, d'une campagne de vaccination à la faveur d'un accord avec le laboratoire Pfizer, qui approvisionne rapidement le pays en échange de données biomédicales sur l'effet du vaccin. Les Palestiniens n'ont reçu qu'un peu plus de 30'000 doses de vaccins, dont 2000 d'Israël qui s'était engagé à lui en fournir 5000.


■ La taskforce culture réclame des lignes directrices claires et de l'argent

La taskforce culture, qui représente une large alliance d'associations de tous les secteurs culturels, réclame de la clarté. Quelle que soit la rapidité de la réouverture, «les conséquences de la crise sont loin d’avoir déployé tous leurs effets», relève la taskforce dans un communiqué diffusé ce dimanche. Les retards de production, les nombreux reports et les longs délais de planification nécessaires pour les grands événements vont perturber le rythme normal du secteur pendant de nombreux mois encore.

Les avis divergent au sein du secteur concernant le rythme des assouplissements. Les critères permettant les réouvertures dans le contexte de la pandémie doivent être communiqués ces prochains jours, demande la taskforce. Les lacunes en terme d'indemnisation doivent elles être comblées.

Dans ce contexte, il faut absolument simplifier les procédures et garantir que les fonds de soutien parviennent rapidement aux acteurs culturels en difficulté.

La loi Covid-19 sera soumise aux Chambres lors de la session de printemps qui débute ce lundi. À la fin de la première semaine, le Conseil des États discutera d'une prolongation de la clause de sauvegarde et de divers crédits supplémentaires au budget 2021. Le Conseil national discutera de la question au début de la deuxième semaine.


■ La Moselle classée à risque maximal par les Allemands, bras-de-fer à venir avec Paris

L'Allemagne est passée à l'acte ce dimanche matin: «Le département français de Moselle sera considéré à partir du 2 mars à 00H00 comme zone affectée par les variants» du virus du Covid-19, soit la catégorie la plus élevée dans l'échelle de risque en Allemagne pour le coronavirus, a indiqué le ministère de la Santé; en conséquence, à partir de cette date, les personnes entrant sur le territoire allemand «devront présenter un test PCR ou antigène» négatif, a-t-il ajouté. Berlin en revanche n'a pas l'intention d'introduire à sa frontière avec la Moselle des contrôles de douane systématiques, contrairement à ce qu'elle fait avec la République tchèque et la Tyrol autrichien. 

Le passage d'une région en catégorie «zone de variants» implique normalement, comme le fait l'Allemagne pour l'Autriche ou la République tchèque, «des mesures extrêmement strictes de quasi-fermeture des frontières», a commenté le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes Clément Beaune à la radio française France Inter dimanche midi. «Cela on n'en veut pas» pour les 16.000 travailleurs frontaliers de Moselle, a-t-il dit, en précisant être en discussions avec Berlin pour «essayer d'atténuer ces mesures le plus possible».

Il a ainsi suggéré des tests «qui ne soient pas obligatoires chaque jour mais tous les deux ou trois jours». Il faut donner l'exemple et revenir à un dispositif plus allégé», a plaidé Clément Beaune, en arguant d'un «esprit franco-allemand coopératif». 

Selon la station locale France Bleu Lorraine, les élus français et allemands vont négocier pour  trouver une solution.

Car la décision allemande signifie théoriquement que la seule possibilité de passer la frontière dès mardi sera de montrer un test PCR négatif de moins de 24h, travailleurs frontaliers y compris. Ce qui impliquerait environ 80.000 tests PCR par semaine: «Ingérable», selon le député LREM de Moselle-Est Christophe Arend, cité par France-Bleu Lorraine.


■ Manifestation contre les mesures anti-covid en Hongrie


■ L'Iran dépasse officiellement le seuil de 60.000 morts

Le pays le plus touché par la pandémie de coronavirus du Proche et au Moyen-Orient, a franchi officiellement la barre des 60.000 morts ce dimanche, selon le ministère de la Santé. Les observateurs estiment que les chiffres réels en Iran sont bien plus hauts, le bilan étant peut-être jusque deux fois supérieur.


■ Le vaccin à une seule dose Johnson & Johnson autorisé aux Etats-Unis 

Depuis samedi soir, les Américains ont désormais le choix entre trois vaccins pour se faire vacciner, la FDA, l'agence américaine des médicaments, ayant donné en urgence son autorisation ce samedi au vaccin de Johnson & Johnson contre le Covid-19, après les préparations de Pfizer/BioNTech et de Moderna (le vaccin Astra Zeneca, déjà utilisé en Europe,  n'a pas encore reçu d'autorisation aux Etats-Unis). Immense avantage de ce nouveau vaccin: une seule dose suffit et il peut être stocké à des températures de réfrigérateur. 


■ L'avertissement du prince Williams contre les messages anti-vaccins

«Les réseaux sociaux sont parfois inondés de rumeurs et de désinformation», déclare le duc de Cambridge dans une vidéo diffusée par le palais de Kensington. On l'y voit avec sa femme Kate, la duchesse de Cambridge, en train de discuter avec deux personnes cliniquement vulnérables, dont l'une se dit «un peu nerveuse» à l'idée de se faire vacciner. «Nous devons faire un peu attention à qui nous croyons et d'où nous tirons nos informations, lui explique le prince. Catherine et moi ne sommes en aucun cas des experts médicaux, mais si cela peut vous consoler, nous pouvons soutenir de tout coeur la vaccination». 

La reine Elizabeth II, sa grand-mère, avait lancé un appel similaire mardi.

Plus de 19 millions de personnes ont reçu une première dose de vaccin anti Covid-19 au Royaume-Uni, où la campagne de vaccination a débuté en décembre.


■ 20% d'infractions en moyenne dans les établissements publics suisses

Un restaurant sur quatre a enfreint les règles mises en place pour lutter contre la propagation du coronavirus en Suisse, selon Le Matin Dimanche.Sur les 80'000 contrôles effectués par les cantons de juillet 2020 dans toutes sortes d'établissements publics, 17'586 manquements ont été répertoriés, soit près d'une infraction pour cinq contrôles.

Les lieux de divertissement nocturne sont les établissements qui ont le moins bien respecté les concepts de protection, avec des infractions dans 35% des cas. Les manifestations publiques, les cinémas, les fitness et autres lieux de divertissement fermés affichent un taux d'infractions de plus de 30%. Suivent les restaurants avec un taux de manquements aux règles de 25%. Les hôtels et magasins sont les catégories qui s'en sortent le mieux.

Parmi les points vérifiés lors des contrôles figuraient la présence de gel désinfectant, le port du masque sanitaire par le personnel, le respect des distances entre les clients et l'espace entre les tables.


■ Nice et Dunkerque confinés

Nice et Dunkerque ont étrenné ce samedi le confinement des samedi et dimanche, qui guette d'autres grandes villes et départements si la situation se dégrade. Les préfets des 20 départements où l'épidémie de Covid-19 menace de flamber ont été priés de renforcer les contrôles des mesures en vigueur, dont les couvre-feux, en rappelant que l'objectif est de «tout faire pour éviter un confinement national».

A Nice, l'emblématique promenade des Anglais et l'avenue commerçante Jean-Médecin, quasi déserts, donnaient des allures de cité fantôme à la cinquième ville de France. Sur tout le littoral des Alpes-Maritimes et, à l'autre bout du pays, dans toute la communauté urbaine de Dunkerque, les déplacements non justifiés par un motif dérogatoire sont interdits. Il faut à nouveau se munir d'une attestation pour se promener une heure, dans un rayon maximal de 5 kilomètres. Seuls seront ouverts les commerces dits essentiels, dont font désormais partie les librairies.