L’essentiel

Swissmedic a autorisé l’injection d’une troisième dose vaccin au moins six mois après la deuxième dose. Elle n’est pas recommandée pour l’ensemble de la population, mais pour les personnes à risques. L’OFSP la conseille en particulier pour les plus de 65 ans.

En Chine, les autorités ont imposé un confinement aux quatre millions d’habitants de la ville de Lanzhou.

L’Agence européenne des médicaments a approuvé lundi Spikevax, la troisième dose du vaccin Moderna aux personnes âgées de 18 ans et plus.

Retrouvez notre suivi de la journée de lundi.

 


■ Inquiétude des musées et autres sites

La Fédération suisse des sites de loisirs, qui regroupe des musées et autres endroits de divertissement, dit son inquiétude après avoir consulté ses membres. Elle relève que «depuis l’instauration du pass sanitaire à l’entrée des sites indoor de loisirs, une baisse moyenne de fréquentation de -20% est constatée. Plus inquiétant encore: depuis le 11 octobre et l’instauration des tests payants, les sites indoor ont connu une nouvelle baisse moyenne de leurs entrées de -20% alors que les vacances scolaires battent leur plein dans plusieurs cantons.»

La Fédération ajoute: «Les sites accueillant une importante clientèle internationale tels que la Maison Cailler ou Chaplin’s World s’inquiètent aussi. A partir du 24 octobre, les clientèles en provenance des marchés américains, anglais et des pays du Golfe ont l’obligation de présenter un code QR « suisse compatible » pour accéder aux sites, ce dont ils ne disposent généralement pas. Les sites concernés vont devoir leur refuser l’accès et générer de l’insatisfaction pour ces touristes qui revenaient doucement en Suisse.»


■ La pandémie est «loin d'être terminée»

La pandémie de Covid-19 est «loin d'être terminée», a affirmé mardi le comité d'urgence de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), en appelant les pays à reconnaître tous les vaccins homologués par l'agence. Ce comité d'urgence sur le Covid-19, présidé par le Français Didier Houssin, se réunit tous les trois mois pour faire le point sur la situation.

Suite à sa dernière réunion la semaine dernière, il a publié mardi une déclaration dans laquelle il souligne que «si des progrès ont été réalisés grâce à une utilisation accrue des vaccins contre le Covid-19 et des traitements, l'analyse de la situation actuelle et les modèles de prévision indiquent que la pandémie est loin d'être terminée».

C'est ce même comité qui, lors de sa seconde réunion le 30 janvier 2020, avait conseillé au directeur général de l'OMS de déclarer une urgence de santé publique de portée internationale, le plus haut échelon d'alerte en matière d'épidémie. Ce qu'il avait fait.


■ Les prévisions de Heathrow

Les responsables de l'aéroport londonien de Heathrow ne sont pas spécialement optimistes. Ils tablent sur une reprise des conditions d'avant pandémie en 2026 seulement. Ils notent que ces derniers mois, le trafic est resté modeste. Le nombre de passagers au troisième trimestre est revenu à 28% d'avant la crise, et le fret à 90%.

Reuters indique que l'opérateur espagnol d'aéroports Aena fait exactement la même prévision, horizon 2026. En France, Aéroports de Paris mise sur un volume de 90% en 2024.


■ En images: désinfection à Moscou

En Russie, toujours durement frappée par la maladie, de nombreuses mesures sont prises, dont des reconfinements. Et les passages de brigades sanitaires, ici à Moscou, pour désinfecter des espaces publics. Cette pratique fait toujours objet de débats, l'OMS la déconseillant.


■ En Italie, la troisième dose sera «nécessaire pour tous»

La troisième dose est décidément le sujet du jour. On apprend qu'en Italie, la troisième piqûre sera ouverte à tous à partir de janvier. Le vice-ministre de la Santé Pierpaolo Sileri l'a déclaré ce mardi. «Vraisemblablement, la troisième dose sera nécessaire pour tous», a-t-il affirmé sur les ondes de Radio Capital.

Actuellement, la troisième dose est réservée dans la péninsule aux patients souffrant de pathologies graves, aux personnes de plus de 60 ans et au personnel de santé. «Il est probable que la troisième dose pour tous (suivra) à partir de janvier», a-t-il annoncé.


■ Des experts américains se penchent sur le Pfizer pour les 5-11 ans

Ce mardi, des experts américains examinent la demande d'autorisation du vaccin contre le Covid-19 de Pfizer pour les 5 à 11 ans, au cours d'une réunion qui devrait, sauf surprise, ouvrir la voie à la vaccination très prochaine de quelque 28 millions d'enfants aux Etats-Unis.

Un comité consultatif de l'Agence américaine des médicaments (FDA), composé de scientifiques indépendants (immunologues, experts en maladies infectieuses, en pédiatrie...), est rassemblé pour passer en revue les données fournies par Pfizer.

Au terme des débats, retransmis en direct sur internet (ci-dessous), ils devront voter sur la question suivante: les bénéfices du vaccin pour les enfants de 5 à 11 ans l'emportent-ils sur les risques? L'agence AFP rappelle que l'avis de ces experts constitue une étape cruciale du processus d'autorisation aux Etats-Unis, car il est rare que la FDA ne le suive pas.


■ Troisième dose, situation en Suisse: le point de presse de l’OFSP

Le nombre de cas augmente à nouveau depuis deux semaines en Suisse, mais il est n’est pas encore possible de dire si cette hausse va se transformer en croissance rapide et importante, a indiqué Patrick Mathys, le chef de la section Gestion de crise et collaboration internationale de l’OFSP en début de conférence de presse. il a souligné la grande disparité – allant jusqu’à un facteur 10 – de l’incidence des nouveaux cas entre les cantons, notant également que l’incidence la plus élevée est «toujours observée dans la population jeune et mobile», soit les 10-19 ans. Tanja Stadler, la présidente de la task force scientifique de la Confédération a dit s’attendre à un doublement du nombre de cas toutes les deux semaines.

La vaccination permet d’éviter «neuf hospitalisations sur dix» a-t-elle rappelé. Selon elle, l’autorisation d’une troisième dose va renforcer «la protection immunitaire» chez les plus de 65 ans, qui est actuellement en train de diminuer. Elle permettrait ainsi d’éviter «entre 10 000 et 20 000 hospitalisations» dans cette tranche d’âge, d’après les calculs de la task force.

Les personnes dont le système immunitaire est affaibli ont besoin d’une troisième dose, a insisté Claus Bolte, chef de la section autorisation de Swissmedic. «Il ne s’agit pas d’un booster ou d’un rappel». Il a indiqué que la troisième dose était autorisée pour tous les adultes dès 12 ans, six mois après la seconde dose. Cependant, le président de la Commission fédérale pour les vaccinations (CFV) Christophe Berger a expliqué que celle-ci n’était pour l’heure recommandée que pour les personnes à risques et les plus de 65 ans. «Les travailleurs de la santé ne font pas partie des personnes à risque», a-t-il complété. Mais l’OFSP et la CFV étudient la possibilité du vaccin de rappel pour le personnel soignant qui côtoie les personnes à risques. La CFV va publier ses recommandations détaillées dans les deux prochaines semaines, a-t-il encore expliqué.

Pour ce qui est du certificat covid, la troisième dose n’allonge pas sa durée de validité pour le moment, a ajouté Patrick Mathys. Mais cet état de fait peut encore évoluer.


■ 1491 nouveaux cas en 24 heures

Selon les chiffres de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), la Suisse compte 1491 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures. On déplore 9 décès supplémentaires et 26 malades ont été hospitalisés.

  • Durant les dernières 24 heures, les résultats de 22 145 tests ont été transmis
  • Le taux de positivité s’élève à 6,73%
  • Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d’infections est de 15 088, soit 173,24 nouvelles infections pour 100 000 habitants
  • Le taux de reproduction – qui a un délai d’une dizaine de jours – est de 1,24
  • Les patients Covid-19 occupent 12,3% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d’occupation est de 68,7%
  • 63,01% de la population est entièrement vaccinée
  • Le pays dénombre par ailleurs 7967 personnes en isolement
  • 5411 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine

■ Swissmedic autorise une troisième dose pour les personnes à risques

Les personnes à risques pourront recevoir un booster contre le coronavirus. Swissmedic a autorisé l’injection d’un vaccin de rappel au moins six mois après la deuxième dose. Il doit permettre à cette catégorie de personnes, dont font partie les seniors, de continuer à être protégées contre les formes graves de la maladie, indique Swissmedic dans un communiqué. Le booster de Pfizer/BioNTech consistera en une dose similaire aux deux premières (0,3 ml) et celui de Moderna en une demi-dose (0,25 ml).

Les personnes immunodéprimées qui n’ont pas ou peu développé de défenses immunitaires contre le Covid-19 après les deux doses pourront elles recevoir une troisième injection de même dosage au moins 28 jours après la deuxième dose.

Pour en savoir plus sur le sujet: Huit questions sur la troisième dose

Dans un communiqué commun, l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) et la commission fédérale pour les vaccinations (CFV) recommandent le booster en particulier pour les personnes de plus de 65 ans. La protection vaccinale contre le coronavirus peut diminuer avec le temps dans cette catégorie d’âge.

Sont surtout concernés les résidents dans les EMS et les établissements de soins et les seniors qui souffrent de maladies préexistantes graves. Les cantons se préparent à injecter les premiers vaccins de rappel à partir de la mi-novembre, probablement d’abord dans homes et les maisons de retraite. Ils décideront à partir de quand les personnes concernées pourront s’inscrire.

La CFV indique, elle, que le booster n’est pas autorisé ni recommandé pour toute la population. Les personnes vaccinées qui sont infectées par le Covid-19 ne présentent pas de symptômes ou alors des symptômes légers, l’efficacité étant de plus de 90% après une vaccination complète, rappelle-t-elle.

La Suisse dispose de suffisamment de doses pour vacciner les personnes autorisées à recevoir un booster et celles qui n’ont encore reçu aucune dose en 2021 et 2022, indique encore la CFV.


■ Le parlement lucernois devrait imposer à son tour le certificat covid

Après le Grand Conseil de Bâle-Ville et le législatif de Nidwald, le parlement lucernois veut obliger, à son tour, ses membres à présenter un certificat Covid pour siéger dans l’hémicycle. Il a nettement approuvé, mardi, une motion en ce sens. Le texte issu des rangs du Centre a été adopté par 91 voix contre 22 et 2 abstentions. Il exige que les députés présentent un certificat Covid ou se fassent tester avant chaque séance pour pénétrer dans la salle du parlement lucernois. Le gouvernement cantonal va désormais élaborer rapidement une modification de la loi sur le Grand Conseil.

Seule l’UDC et quelques Verts se sont opposés à l’obligation faite aux députés de présenter un certificat Covid ou de se faire tester avant chaque séance. Ils ont notamment invoqué un «faux sentiment de sécurité» donné par le certificat ou encore le risque d’un retour prématuré dans la salle du Grand Conseil, au vu de la situation épidémiologique.


■ Au début de l’année, le télétravail a eu un fort impact sur les déplacements

Avec la pandémie, les Suisses ont été obligés de pratiquer le télétravail et ont renoncé à une part de leurs loisirs. Début 2021, les distances parcourues en transports publics ont baissé de 52% et de 27% en trafic individuel motorisé. Avec 50% des actifs en télétravail partiel ou complet début 2021, la Suisse s’est immobilisée. Le pourcentage est sensiblement plus élevé qu’une année plus tôt (38%), selon un microrecensement mobilité et transports (MRMT), réalisé par l’Office fédéral de la statistique (OFS) et l’Office fédéral du développement territorial (ARE).

Ainsi, les trajets quotidiens pour se rendre au travail ont diminué de moitié chez les personnes ayant la possibilité de travailler chez elles, passant de 18,3 km début 2020 à 9,5 km début 2021. Les trajets effectués par les autres actifs occupés pour se rendre au travail n’ont pas enregistré de recul significatif.

Plus largement, les personnes interrogées début 2021 ont parcouru en moyenne 21,8 km par jour, seuls les trajets en Suisse étant toutefois pris en compte. La distance journalière moyenne par personne était donc de 9,8 km ou de 31% inférieure à celle parcourue au cours de la même période de l’année précédente (31,6 km). C’est surtout chez les 18 à 24 ans que les distances journalières ont accusé une forte baisse, diminuant de 17,0 km (-39%). Ce recul s’explique sans doute notamment par la fermeture des installations de loisirs et l’obligation de suivre l’enseignement à distance.

L période d’observation se limite à huit semaines durant la pandémie et s’étend du 10 janvier au 6 mars 2021. Elle correspond donc à peu de chose près au deuxième semi-confinement.


■ La Chine confine une ville de quatre millions d’habitants

Les autorités chinoises ont imposé ce mardi un confinement à Lanzhou, capitale de la province du Gansu (nord-ouest), qui compte quatre millions d’habitants, en raison d’un rebond de cas de Covid-19, à une centaine de jours des JO d’hiver de Pékin.

Tous les quartiers d’habitation de cette ville vont être soumis à une «gestion fermée» avec un strict contrôle des déplacements, a annoncé la municipalité, alors que la Chine a recensé mardi 29 cas de covid d’origine locale. La majorité sont liés aux déplacements d’un groupe de touristes contaminés.

Si ces chiffres peuvent paraître dérisoires par rapport à ceux enregistrés quotidiennement dans d’autres parties du monde, ils poussent le pouvoir à redoubler de vigilance alors que la Chine s’apprête à accueillir les Jeux olympiques d’hiver à partir du 4 février 2022. Un récent foyer épidémique en Mongolie intérieure, dans le nord du pays, est responsable de plus d’une centaine de cas depuis la semaine dernière.


■ Les vaccinés pourront entrer aux Etats-Unis dès le 8 novembre

A partir du 8 novembre, les ressortissants étrangers pourront à nouveau se rendre aux Etats-Unis, à la condition qu’ils soient complètement vaccinés avec l’un des vaccins reconnus au niveau international. Les jeunes âgés de moins de 18 ans n’auront, eux, pas besoin de prouver qu’ils sont vaccinés contre le Covid-19, a indiqué la Maison-Blanche.

Un haut responsable de la Maison-Blanche a indiqué que cette exemption tenait compte à la fois des différences réglementaires entre pays sur la vaccination des enfants, et de la disponibilité des vaccins. Les Etats-Unis avaient fermé en mars 2020 leurs frontières à des millions de voyageurs du monde entier.

Outre les enfants, seront dispensées les personnes ayant des contre-indications médicales, les voyageurs invoquant des raisons urgentes ou humanitaires et les personnes venues, pour des raisons autres que le tourisme, de pays où le vaccin est difficile à obtenir.

De manière générale, tout étranger devra se faire tester (test antigénique ou PCR) dans les trois jours avant de partir s’il est vacciné, ou dans la journée précédant le départ s’il n’est pas vacciné. Les mêmes exigences de test s’appliqueront aux citoyens américains et aux résidents permanents qui rentrent aux Etats-Unis. Selon la Maison-Blanche, il appartiendra aux compagnies aériennes de vérifier, avant l’embarquement, les preuves de vaccination.


■ YouTube suspend Bolsonaro

La plateforme vidéo YouTube a suspendu pour une semaine les activités de la chaîne du président brésilien Jair Bolsonaro. Elle a retiré une vidéo dans laquelle il mentionnait de fausses informations associant le vaccin anti-coronavirus au sida.

«Nous avons supprimé une vidéo de la chaîne de Jair Bolsonaro pour violation de nos politiques de désinformation médicale sur le Covid-19», a indiqué YouTube dans un communiqué. C’est la deuxième fois que le président enfreint les «normes de la communauté» de la plateforme.

Cette fois, il ne pourra pas publier de nouvelles vidéos ou faire des émissions en direct pendant les sept prochains jours. Le reste de ses vidéos sur la chaîne, où il compte 3,5 millions d’abonnés, sont toujours accessibles sur YouTube.

Les réseaux sociaux Facebook et Instagram, qui appartiennent au même groupe, ont supprimé la vidéo lundi pour la même raison.