États-Unis

«Trump a une intelligence vicieuse»

Bernard Harcourt, professeur à l’Université Columbia de New York, trouve le président américain «brillant» dans sa manière de contrôler le pouvoir

Le Temps: Que faut-il penser de la série de scandales auxquels le président américain Donald Trump est confronté?

Bernard Harcourt: C’est une période inédite en politique américaine, mais je me garderais de toute prédiction, car à ce stade, ce serait un exercice dangereux. Nous assistons depuis l’avènement de la présidence Trump à un changement profond au sein de l’établissement politique de ce pays. Donald Trump s’attaque vraiment à toutes les normes, à tous les systèmes qui contribuent au fonctionnement ordinaire de la politique à Washington. Il s’en prend en particulier à l’appareil sécuritaire très puissant des renseignements. C’est du jamais-vu aux Etats-Unis. Même le président Richard Nixon, accablé par une série de problèmes, restait profondément lié au monde des renseignements. Donald Trump, lui, veut prendre le dessus sur toutes les structures de pouvoir.

- On parle beaucoup de risque de destitution. En est-on là?

- Pour l’instant, il reste le président élu. Il est en train d’instaurer un régime où tout le pouvoir est concentré sur sa propre personne. Il semble se distancier toujours plus de ses collaborateurs, même les plus proches. Des rumeurs laissent entendre qu’il prend même ses distances avec son gendre Jared Kushner.

- Cet accaparement du pouvoir a-t-il des conséquences?

- Donald Trump laisse surtout ses proches se cannibaliser eux-mêmes. C’est totalement inédit. Il est assez remarquable de voir comment la Maison-Blanche attire, utilise, puis jette comme des déchets des personnalités qui ont passé toute leur vie à se créer une carrière. Prenez l’exemple du général McMaster. Cet homme a passé toute sa vie à se forger une grande carrière militaire, celle d’un homme honnête, intègre et intelligent. Il a même écrit un ouvrage brillant, The Dereliction of Duty, sur ces présidents qui n’écoutent pas leurs conseillers… Sa réputation de responsable militaire est impeccable. Au sein de l’armée, McMaster est respecté de tous. En acceptant le poste de conseiller à la sécurité nationale, il a jusqu’ici parfaitement joué son rôle. On ne l’a quasiment jamais entendu. Et puis cette semaine, la Maison-Blanche a eu soudain besoin de lui et l’a offert en pâture. Il s’est cannibalisé lui-même en avançant des explications que le président Trump a ensuite reniées. C’est une véritable tragédie shakespearienne.

- Qu’est-ce que cela révèle de Trump?

- Il dispose d’une intelligence vicieuse. Il est à certains égards brillant dans sa maîtrise du pouvoir, dans sa manière d’utiliser son entourage pour mieux le rejeter.

Publicité