états-Unis

Trump vs FBI, la guerre ouverte

Les récentes révélations sur l’existence d’une enquête de la police fédérale américaine pour déterminer si Donald Trump a œuvré pour le compte de la Russie ravivent les tensions

Depuis le brutal limogeage du patron du FBI James Comey en mai 2017, rien ne va plus entre Donald Trump et la police fédérale. Inquiété par l’enquête sur l’affaire russe, le président dénonce à intervalles réguliers une «chasse aux sorcières» à son encontre. Et les deux «démons» qui hantent ses pires cauchemars sont tous deux d’anciens patrons du FBI: James Comey, qui n’a toujours pas digéré son éviction, et Robert Mueller, le procureur indépendant qui cherche à établir les liens entre son entourage et l’ingérence de Moscou dans l’élection présidentielle de 2016. Son ressentiment à l’égard de l’institution n’est pas près d’hiberner.

«Flic véreux» et «vraie ordure»

Ce week-end, le ton est encore monté d’un cran. Le New York Times a révélé que le FBI avait ouvert une enquête en 2017, après l’éviction de James Comey, pour déterminer si Donald Trump avait lui-même travaillé pour le compte du Kremlin. L’enquête, qui avait un volet de contre-espionnage et un volet criminel, a rapidement fusionné avec celle de Robert Mueller. De son côté, le Washington Post affirme que le président a tout fait pour dissimuler les détails de ses multiples conversations avec le président russe, Vladimir Poutine, notamment en confisquant les notes de son interprète. Cela a notamment été le cas en juillet 2017, lors du G20 de Hambourg.