Le profil de l’auteur présumé des fusillades qui ont coûté la vie à deux personnes à Copenhague, samedi 14 février, commence à se préciser. Un nom commence à circuler dans les médias danois, notamment sur DR, la radio-télévision publique. Il s’agirait d’Omar El-Hussein.

Selon le tabloïd danois Ekstra Bladet, il a fait parti d’un gang appelé « Brothas », dans le quartier populaire de Nørrebro. Ekstra Bladet ajoute que l’homme était sorti de prison, où il avait purgé une peine pour une agression, deux semaines avant les attaques.

Cette identification n’a pas été confirmée de source officielle, la police danoise refusant de dévoiler l’identité du suspect, qu’elle a abattu dimanche au petit matin. Elle a toutefois annoncé qu’il s’agissait d’un homme de 22 ans connu de ses services pour des actes de violence et pour détention d’armes. Selon la chaîne de télévision TV2, le suspect était né et avait grandi au Danemark.

Le suspect était aussi déjà connu des services de renseignement. Les enquêteurs ignorent s’il est allé en Syrie ou en Irak, mais selon Jens Madsen, des services de renseignement (PET), « il peut avoir été inspiré par la propagande militante islamiste diffusée par l’Etat islamique ou d’autres organisations terroristes ». Le Danemark est, eu égard à sa population, un des pays les plus concernés par des départs pour le djihad en Syrie.

«Il aurait pu être inspiré par les événements de Charlie Hebdo »

L’homme est soupçonné par les enquêteurs d’avoir voulu imiter les attentats qui ont fait dix-sept morts à Paris entre le 7 et le 9 janvier. « Nous travaillons sur l’hypothèse selon laquelle la personne en question a pu être inspirée par les événements qui se sont déroulés à Charlie Hebdo, à Paris », a déclaré M. Madsen.

Interrogé dans l’émission « Le Grand Rendez-vous Europe 1-Le Monde-i-Télé », le ministre des Affaires étrangères français, Laurent Fabius, s’est lui aussi dit « frappé par le mimétisme de la séquence » danoise avec les attentats parisiens : « D’abord une attaque contre le symbole de la liberté d’expression, ensuite une attaque contre les juifs, et puis l’affrontement avec les policiers. »

Seule une photographie de l’homme a été publiée, apparemment prise dans un parking. On le voit vêtu d’une doudoune foncée et d’un bonnet ou d’une cagoule bordeaux. Le cliché était accompagné d’un signalement peu précis : 25 à 30 ans, environ 1,85 m, athlétique.