Le tireur, Jared Lee Loughner, âgé de 22 ans et arrêté sur les lieux, a été inculpé dimanche par le procureur de l’Arizona de deux meurtres -- l’assistant de Mme Giffords et un juge fédéral -- et de trois tentatives de meurtres. Le directeur du FBI, Robert Mueller, a averti que d’autres chefs d’accusation pourraient lui être signifiés «à mesure de l’avancée de l’enquête».

L’accusé, originaire de Tucson, avait des antécédents judiciaires et a gardé le silence depuis son arrestation. Il comparaîtra pour la première fois devant la justice lundi à 14H00 (25H00 heure suisse) à Phoenix. Ses motifs restaient inconnus dimanche.

Robert Mueller a confirmé que Mme Giffords était la cible du jeune homme et qu’il avait assisté à l’un de ses meetings en 2007. Selon la déposition d’un agent du FBI, les enquêteurs ont trouvé au domicile du tireur une lettre de Mme Giffords à M. Loughner le remerciant d’avoir assisté à son meeting en 2007.

Dans un coffre-fort, les enquêteurs ont également trouvé une enveloppe sur laquelle étaient inscrits les mots «J’ai tout prévu», «Mon assassinat», le nom «Giffords» et ce qui semble être la signature du tireur.

Etat stationnaire

Michael Lemole, le neurochirurgien qui a opéré Mme Giffords, 40 ans, s’est dit «prudemment optimiste» sur son rétablissement. Il a souligné que la représentante était «capable de communiquer» avec les médecins «par le biais de commandes simples».

«Cela nous encourage beaucoup. Nous continuons à parler d’état critique parce qu’un cerveau enflé peut se détériorer à tout moment», a-t-il ajouté.

Dimanche matin, la police avait diffusé la photographie d’un suspect recherché. L’homme, un chauffeur de taxi s’est présenté de lui-même à la police, qui l’a blanchi. Les enquêteurs auraient maintenant la certitude que le tireur a agi seul.

Sur sa page MySpace, Jared Lee Loughner tenait des propos vengeurs et incohérents, revendiquant l’introduction d’une nouvelle monnaie, critiquant l’illettrisme et le gouvernement. Sur YouTube, il citait «Le manifeste du parti communiste» de Marx et Engels, et «Mein Kampf» d’Adolf Hitler parmi ses livres préférés.

Dimanche, Barack Obama a appelé les Américains à respecter un «moment de silence» lundi à la mémoire des victimes de la fusillade.