Israël et la Turquie ont annoncé mercredi le rétablissement complet de leurs relations diplomatiques et le retour des ambassadeurs dans les deux pays, mais Ankara a aussitôt affirmé sa volonté de «continuer à défendre» les Palestiniens.

Les relations entre Israël et la Turquie ont connu un réchauffement ces derniers mois après une brouille de plusieurs années provoquée par l’affaire du navire turc Mavi Marmara.

Lire aussi: Appel de Bâle pour un plan de paix entre Israël et la Palestine

En 2010, les forces israéliennes avaient lancé un assaut meurtrier contre ce navire qui tentait d’acheminer de l’aide à la bande de Gaza, enclave palestinienne sous blocus israélien et contrôlé par les islamistes du Hamas qui ont d’ailleurs des représentants en Turquie.

En mai 2018, après la mort d’une cinquantaine de Palestiniens tués par l’armée israélienne à Gaza, la Turquie a rappelé son ambassadeur en Israël et renvoyé l’ambassadeur israélien. Israël avait riposté en renvoyant le consul général turc à Jérusalem. Le président turc Recep Tayyip Erdogan avait alors accusé Israël de «terrorisme d’Etat».

Retour des ambassadeurs

Mercredi, le Premier ministre israélien Yaïr Lapid a annoncé le retour des ambassadeurs et des consuls généraux dans les deux pays après une «décision d’élever le niveau des liens à des relations diplomatiques pleines et entières».

«Le rétablissement des relations avec la Turquie est un atout important pour la stabilité régionale et une nouvelle économique très importante pour les citoyens d’Israël», a-t-il salué dans un communiqué.

A Ankara, le ministre des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu a confirmé le rétablissement des relations complètes tout en soulignant que la Turquie continuera «de défendre les droits des Palestiniens».

«Il est important que nos messages (sur la question palestinienne) soient transmis directement par l’intermédiaire de l’ambassadeur», a-t-il dit en annonçant la nomination prochaine d’un ambassadeur à Tel-Aviv.

Rapprochements

Lors d’une une rare visite fin mai à Jérusalem, M. Cavusoglu a estimé que la normalisation des relations «aura un impact positif sur la résolution pacifique du conflit» israélo-palestinien.

Le président Recep Tayyip Erdogan, fervent défenseur de la cause palestinienne, a dans le passé critiqué les politiques israéliennes envers les Palestiniens.

Notre éditorial du 2 juin 2022: La Turquie en mode offensif

Après plus d’une décennie de rupture diplomatique, Israël et la Turquie avaient relancé les liens avec la visite du président israélien Isaac Herzog à Ankara en mars dernier, la première du genre depuis 2007.

M. Herzog s’est félicité de la reprise des relations, qui «encouragera des liens économiques plus importants, le tourisme réciproque et l’amitié entre les deux peuples».

Déjà en novembre 2021, M. Erdogan s’était entretenu au téléphone avec M. Herzog et l’ex-Premier ministre Naftali Bennett, les premiers du genre depuis 2013, à l’occasion de la libération et du retour dans leur pays d’un couple de touristes israéliens accusés d’espionnage et détenus en Turquie.

Liens avec le Hamas

M. Erdogan, qui maintient des liens étroits avec le Hamas, avait ensuite indiqué que son pays envisageait un rapprochement «progressif» avec Israël.

«Nous ne devons pas avoir l’illusion que la relation redeviendra ce qu’elle était à la belle époque des années 1990», estime Ephraïm Inbar, directeur du Jerusalem Institute for Strategy and Security.

«Tant qu’Erdogan est au pouvoir il y a aura une certaine hostilité de la Turquie envers Israël à cause de son attache islamiste. Il continuera de soutenir le Hamas par exemple», dit-il à l’AFP. «La Turquie est un important pays musulman, qui peut faire contrepoids face à l’Iran donc c’est un pays très stratégique» pour Israël, relève M. Inbar.

En juin, Israël avait appelé les ressortissants israéliens en Turquie à quitter «dès que possible» ce pays par crainte d’attaques de l’Iran, pays ennemi de l’Etat hébreu, avant d’abaisser le niveau d’alerte.

Projet de gazoduc

L’annonce de la reprise de relations complète intervient par ailleurs au moment où la Turquie fait face à une forte inflation et à l’effondrement de sa monnaie.

En janvier, M. Erdogan a annoncé que son pays était prêt à coopérer avec Israël sur un projet de gazoduc en Méditerranée orientale, auquel il s’était autrefois opposé.

La question de la coopération énergétique entre les deux pays, sur fond de découvertes de gisements en Méditerranée orientale, s’est faite plus brûlante alors que plusieurs pays européens cherchent à réduire leur dépendance au gaz russe.