Un tribunal turc a condamné mercredi le journaliste d’opposition de renom Can Dündar, exilé en Allemagne, à plus de 27 ans de prison, pour aide à un groupe terroriste et d’espionnage, ont rapporté les médias locaux.

Le tribunal d’Istanbul a reconnu Can Dündar, ancien rédacteur en chef du quotidien d’opposition Cumhuriyet, coupable pour avoir publié en 2015 une enquête affirmant que les services secrets turcs livraient des armes à des groupes islamistes en Syrie.

En mai 2016, Can Dündar avait été condamné en première instance à 5 ans et 10 mois de prison pour divulgation de secrets d’Etat, dans une affaire qui avait provoqué la colère du président Recep Tayyip Erdogan. Mais ce verdict avait été annulé en 2018 par une haute cour qui a ordonné un nouveau procès contre Can Dündar pour des accusations d’espionnage comportant une peine plus lourde.

Réfugié en Allemagne

Dans les attendus du verdict rendu mercredi, le tribunal a précisé que Can Dündar a été condamné à 18 ans et 6 mois de prison pour «divulgation d’informations confidentielles et espionnage» en lien avec la publication de l’enquête sur les armes fournies à des groupes armés islamistes en Syrie, et à 8 ans et 9 mois de prison pour «aide à une organisation terroriste», en l’occurrence le réseau du prédicateur Fethullah Gülen.

Fethullah Gülen, qui vit en exil aux Etats-Unis, est accusé par Ankara d’avoir orchestré le putsch avorté contre le président Erdogan en juillet 2016.

Can Dündar s’était réfugié en Allemagne en 2016 après sa première condamnation.

Lire aussi: Nouvelles arrestations en Turquie dont celle du rédacteur en chef internet de Cumhuriyet (12 mai 2017)

En février 2016, Recep Tayyip Erdogan s’en était violemment pris à la Cour constitutionnelle, affirmant qu’il n’avait «pas de respect» pour la décision de la plus haute autorité judiciaire du pays qui avait permis la libération de Can Dündar pendant la durée de son procès.

A la suite de la décision de cette Cour, Can Dündar et Erdem Gül, à l’époque chef de bureau de Cumhuriyet à Ankara, avaient alors été libérés après plus de 90 jours de détention provisoire.