La Turquie n’entend pas mettre un frein au processus de normalisation avec l’Arménie malgré l’obstacle posé par le vote de députés américains d’une résolution appelant à qualifier de génocide le massacre des Arméniens en 1915. C’est ce qu’a affirmé vendredi le chef de la diplomatie turque.

«Nous sommes déterminés à faire avancer la normalisation des relations avec l’Arménie», a dit le ministre turc Ahmet Davutoglu lors d’une conférence de presse.

La commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants américaine a adopté jeudi une résolution non contraignante qui invite le président Barack Obama à utiliser le terme de génocide lorsqu’il évoque le massacre des Arméniens par les forces ottomanes en 1915.

Malgré la volonté d’Ankara de poursuivre les efforts engagés avec Erevan, ce vote met en péril la ratification des accords de paix au parlement turc, a prévenu Ahmet Davotoglu. Son premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, avait tenu des propos semblables dans un communiqué.

La Turquie reconnaît le massacre mais nie le qualificatif de génocide. En signe de protestation, elle a rappelé son ambassadeur aux Etats-Unis après le vote à la Chambre des représentants, que l’administration Obama et la Turquie avaient incité les députés à ne pas organiser.