Brûlant d’en découdre avec les combattants kurdes syriens des Unités de protection du peuple (YPG) soutenues par les Etats-Unis, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, menace de lancer une nouvelle offensive en Syrie, où son armée contrôle déjà plusieurs portions de territoire. «Nous ne pouvons plus rester silencieux, notre patience est à bout. Nous sommes entrés dans Afrine, Djarabulus et Al-Bab. Nous allons aller à l’est de l’Euphrate», a martelé le numéro un turc dimanche 4 août, indiquant avoir informé Washington et Moscou de sa décision.

Lire aussi l'opinion: Pourquoi le monde ignore-t-il les Kurdes face à Erdogan