Le procès de onze militants des droits humains s'ouvre mercredi devant un tribunal d'Istanbul. Leur arrestation en juillet dernier avait suscité l'inquiétude des Occidentaux et envenimé les relations entre Ankara et Berlin.

Parmi les prévenus figurent la directrice d'Amnesty International pour la Turquie, Idil Eser, le président d'Amnesty Turquie, Taner Kiliç, ainsi qu'un ressortissant allemand, Peter Frank Steudtner, et un ressortissant suédois, Ali Gharavi. Ils sont accusés d'appartenance ou d'aide à une organisation terroriste armée et risquent jusqu'à quinze ans de prison.

En juillet: La tension s’accroît entre l’Allemagne et la Turquie

50 000 personnes arrêtées

Les prévenus ont été arrêtés alors qu'ils participaient à un atelier sur la sécurité numérique sur une île près d'Istanbul. Huit d'entre eux sont toujours en détention. La première audience doit débuter à 10h (09h en Suisse).

Depuis le coup d'Etat manqué de juillet 2016 en Turquie, les autorités turques ont placé en détention plus de 50 000 personnes et suspendu de leurs fonctions 150 000 autres. Les pays occidentaux soupçonnent le président Recep Tayyip Erdogan de se servir de cette tentative de putsch comme prétexte pour faire taire toute dissidence.

Une opinion d'une porte-parole d'Amnesty: Turquie: pouvoir renforcé, presse laminée