Ses yeux écarquillés, sa bouche déformée par l’étonnement et son air de tomber d’une autre planète avaient fait de ce streamer l’un des «emotes» (le nom des icônes sur Twitch) les plus populaires du réseau dédié au gaming. Devenue synonyme d’excitation exagérée, l’image a été utilisée 813 millions de fois depuis 2012!

Mais les administrateurs de la plateforme estiment que son visage dans la vraie vie, Ryan Gutierrez, dit «Gootecks», a incité à la violence en soutenant les émeutiers sur Twitter pendant l’attaque du Capitole mercredi soir, et en évoquant «l’exécution d’une martyre de MAGA» – Make America Great Again, à propos de cette femme tuée dans le bâtiment par la police lors de l’assaut.

Impossible à accepter pour Twitch qui, à l’appel de plusieurs personnalités du monde du jeu, a immédiatement retiré l’emote, provoquant l’émoi de la communauté des gamers. Twitch a promis de remplacer Pogchamp en concertation avec eux, pour accompagner les moments les plus «hype». Beaucoup râlent, affirmant que l’emote vivait sa vie virtuelle très loin de la vie réelle, et que très peu connaissaient le nom du gamer qu’il représentait. Beaucoup d’autres se félicitent, reconnaissant que le réseau avait raison d'assumer sa responsabilité sociale.

Lire également: Vivement critiqués après l'attaque du Capitole, Facebook et Twitter auront de la peine à être régulés

Un micro-événement qui ne vaut pas la peine d’être signalé? Twitch est un univers qui rassemble 140 millions d’utilisateurs dans le monde tous les mois, et cette affaire montre que Facebook et Twitter, les réseaux les plus généralistes et regroupant des utilisateurs plus âgés, sont loin d’être les seuls qui doivent surveiller les appels à la violence. A la fin de 2020 déjà, Twitch avait dû bannir l’usage du drapeau des Confédérés sur la plateforme. Signe que la pop culture fait partie des outils des militants politiques, on a vu dans les images des insurgés du Capitole le 6 janvier des représentations de «Pépé la grenouille» – «Pepe the frog», longtemps un mème très populaire sur Internet avant d'être détourné par des groupes antisémites ou suprémacistes.