Le gouvernement du Nigeria a annoncé, mercredi soir, la levée de la suspension frappant Twitter depuis 7 mois dans ce pays le plus peuplé d'Afrique, où le réseau social américain a été un important outil de contestation sociale.

«Le président Muhammadu Buhari a approuvé la levée de la suspension de Twitter au Nigeria à partir de minuit aujourd'hui», a annoncé le directeur de l'Agence nationale pour le développement des technologies de l'information, Kashifu Inuwa Abdullahi, cité dans un communiqué.

A minuit trente heure locale, le réseau social n'était cependant toujours pas accessible depuis Lagos, la capitale économique du Nigeria, a constaté une journaliste de l'AFP.

A lire: Le protectionnisme numérique gagne du terrain en Afrique

Dans le communiqué, les autorités nigérianes affirment qu'après plusieurs mois de négociations, Twitter a accédé à «toutes les conditions fixées par le gouvernement fédéral», notamment en matière de taxation et de gestion des contenus ne respectant pas les lois du Nigeria. Twitter s'est «également engagé à établir une entité légale au Nigeria durant le premier trimestre de 2022», précise ce communiqué. «Compte tenu de l'influence de Twitter dans notre démocratie, notre économie (...) notre priorité est d'adapter, et non pas d'interdire Twitter», ont ajouté les autorités.

Twitter soupçonné d'avoir une «mission suspecte» contre le gouvernement

Abuja avait annoncé début juin 2021 la suspension de Twitter pour «une durée indéterminée» après avoir notamment accusé le réseau social d'avoir une «mission suspecte» contre le gouvernement nigérian, et de tolérer sur sa plateforme les messages du chef d'un groupe séparatiste incitant à la violence dans le sud-est du Nigeria.

Sur le sujet: Après Donald Trump, le président nigérian est dans le viseur de Twitter

La suspension de Twitter était intervenue deux jours après la suppression par le réseau social d'un message du président Muhammadu Buhari. Le chef de l'Etat avait menacé de «traiter avec un langage qu'ils comprennent» les responsables des violences dans le sud-est du Nigeria - attribuées par les autorités à des séparatistes igbos -, ravivant les terribles souvenirs de la guerre du Biafra qui a fait plus d'un million de morts dans les années 1960. 

L'Union européenne, la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et le Canada avaient alors déploré la suspension de Twitter.

Le rôle crucial de Twitter dans le débat public

La suspension de Twitter, puis l'ordre du gouvernement aux médias audiovisuels de supprimer leur compte dans un geste «patriotique», avait suscité une profonde consternation au Nigeria, pays jeune, très connecté, où ce réseau social est un important outil de contestation sociale.

Dans le pays le plus peuplé d'Afrique, 75% des 210 millions d'habitants ont moins de 24 ans, selon les Nations unies: une jeunesse très nombreuse, mais aussi ultraconnectée. Environ 20% de la population - soit 40 millions de personnes - dit avoir un compte Twitter.

Ces dernières années, la plateforme avait joué un rôle important dans le débat public, avec des hashtags qui ont eu un grand écho, comme #BringBackOurGirls («Ramenez nos filles»), devenu viral lors de l'enlèvement de 276 écolières par le groupe djihadiste Boko Haram en 2014, ou #EndSARS, qui a donné en 2020 son nom au vaste mouvement contre les brutalités policières et contre le pouvoir.

Lire encore: «La suspension de Twitter prive les Nigérians de leur principal outil de contestation»

Après la suspension de Twitter, les usagers internet nigérians avaient téléchargé en très grand nombre des VPN (réseau privé virtuel), permettant l'accès à Twitter partout dans le monde, et la recherche «VPN App» était devenue la deuxième plus grande recherche dans le pays, malgré les menaces du pouvoir contre tout contrevenant.