Taïwan

Le typhon Morakot aurait fait 50o morts

Le bilan du typhon Morakot qui a provoqué les pires inondations depuis 50 ans à Taïwan pourrait atteindre 500 morts, a annoncé vendredi le président taïwanais Ma Ying-jeou, après l’annonce que 300 personnes ont probablement été tuées dans des glissements de terrain.

Le président taïwanais Ma Ying-jeou a annoncé vendredi lors d’une conférence nationale de sécurité que le bilan du typhon Morakot atteindrait plus de 500 tués sur l’île de Taïwan. «Avec un bilan confirmé de 117 morts et quelque 380 personnes qui ont probablement été tuées dans des coulées de boue dans le village de Hsiaolin (sud), le bilan du typhon à Taïwan pourrait dépasser 500 morts».

Après le passage le week-end dernier du typhon Morakot, le plus meurtrier sur l’île depuis 1959, les secours poursuivaient vendredi les opérations pour venir en aide à 15 000 personnes isolées dans des villages de montagne où routes et ponts ont été détruits. Quelque 40 000 militaires déployés dans le pays tentaient toujours vendredi d’atteindre les sinistrés dans le centre et le sud de l’île, en traversant des rivières grossies par les intempéries.

Le président critiqué

Jeudi, le président Ma Ying-jeou, critiqué pour sa gestion de la catastrophe, a été pris à partie quand il s’est rendu dans le comté de Yunlin pour se rendre compte sur place des secours. «Le gouvernement surmontera tous les obstacles pour accomplir sa mission», a promis vendredi le président.

A Meilang, dans le comté de Kaohsiung, deux hommes désespérés agitaient vendredi une banderole demandant, «Gouvernement, aidez les gens de Meilang et Changhsan», à chaque passage d’un hélicoptère. L’un de ces deux hommes, M. Hsieh, a expliqué qu’il avait quitté son travail pour venir en aide à 270 habitants de son village natal portés disparus depuis une semaine. «La montagne bouge, elle va s’effondrer», a-t-il prévenu, se demandant pourquoi les équipes de secours ont négligé son village.

Dans ce comté, outre les 300 personnes probablement mortes sous les coulées de boue à Hsiaoling, les secours continuaient l’évacuation par hélicoptère de près de 2.000 villageois, coupés du reste du monde.

Dans le comté de Taitung (sud-est), les autorités estiment à 3.700 le nombre d’habitants encore isolés. Dans le même temps, les opérations de secours se poursuivent dans le centre de l’île, dans le comté de Chiayi, où 9.000 personnes sont sans aide. Les équipes de secours ont risqué leur vie en traversant des rivières en crue pour apporter de la nourriture aux villages isolés.

Pour atteindre le village de Hsinfa, un site prisé pour ses sources d’eau chaude où les coulées de boue ont tué des habitants, les secouristes ont dû marcher 18 km, serpentant entre les routes détruites et traversant trois tunnels à moitié bouchés. Mais ils n’ont toutefois pas pu atteindre le village, en raison d’un pont effondré.

«La mission n’est pas facile. Mais il faut y parvenir le plus vite possible, car 300 personnes, isolées par la coulée de boue, ont un besoin urgent d’assistance», a indiqué Liang Tien-tsai, ancien chef du village.

Aides gouvernementales

Le gouvernement taïwanais a promis de débloquer une aide de 70 milliards de dollars taïwanais (2,18 milliards de dollars américains) pour réparer les dégâts du typhon, estimés à plusieurs centaines de millions de dollars dans l’agriculture, l’industrie du tourisme et les télécommunications. Vendredi soir, un téléthon est prévu sur la télévision taïwanaise pour collecter des fonds. Les associations caritatives et les entreprises taïwanaises ont déjà versé 4 milliards de dollars de Taïwan (125 millions USD) d’aides, selon la presse.

En août 1959, un typhon avait dévasté Taïwan faisant 667 morts et quelque 1.000 disparus.

Publicité