Le premier ministre britannique Boris Johnson s'est inquiété, lundi, des activités militaires de la Russie en Crimée et à la frontière avec l'Ukraine lors d'une conversation téléphonique avec le président Volodymyr Zelensky. «Le premier ministre a réitéré le soutien indéfectible du Royaume-Uni à la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Ukraine», a indiqué le bureau du premier ministre dans un communiqué. «Il a exprimé sa solidarité avec le gouvernement du président Zelensky face à cette activité de déstabilisation et salué l'approche de l'Ukraine.»

Sept ans, presque jour pour jour, après le début de la guerre du Donbass, l’Ukraine et la Russie n’ont jamais semblé aussi près d’un conflit militaire à grande échelle. L’an dernier, un cessez-le-feu avait été adopté par les belligérants, il était d’ailleurs entré en vigueur le 27 juillet 2020, au moment de la visite de la présidente suisse Simonetta Sommaruga en Ukraine de l’Est. Mais depuis décembre, la trêve est constamment déchirée, et il semble que Moscou souhaite imposer un bras de fer à Kiev et un premier test majeur à la nouvelle administration américaine.

Lire aussi: La Cour pénale internationale demande une enquête sur les crimes commis en Ukraine