Vingt mille chapeaux noirs serrés les uns contre les autres. C’est le spectacle hallucinant qu’ont offert dimanche les Juifs ultraorthodoxes de Jérusalem, quelques heures à peine avant la prolongation pour une semaine d’un confinement strict imposé depuis le 25 décembre. Cette foule immense rassemblée pour pleurer le décès du rabbin Soloveitchik est le symbole de l’échec du premier ministre Benyamin Netanyahou.

Lire aussi l'article lié: En Israël, le virus pousse les jeunes ultraorthodoxes à s’émanciper