Un accord gazier avant l’hiver qui satisfait Moscou, Kiev et Bruxelles

Europe Gazprom reprendra dès la semaine prochaine ses livraisons de gaz à l’Ukraine, qui accepte aussi de rembourser sa dette

Alors que les relations entre Moscou et Kiev sont au plus bas, à cause de l’annexion de la Crimée par la Russie et la déstabilisation dans l’est de l’Ukraine par la rébellion pro-russe, Gazprom fournira du gaz à l’Ukraine pour passer l’hiver. En retour, Kiev lui réglera sa dette. A l’issue de longues négociations mercredi et jeudi à Bruxelles, un accord dans ce sens a été signé par le ministre russe de l’Energie, Alexandre Novak, et son homologue ukrainien Iouri Prodan ainsi que le commissaire européen à l’Energie, Günther Oettinger. L’Allemand a qualifié l’accord de «première lueur» d’apaisement entre l’Ukraine et la Russie.

Concrètement, Gazprom rouvrira le robinet du gaz, fermé depuis juin, dès la semaine prochaine. Naftogaz, la compagnie d’Etat ukrainienne, lui fera un premier versement de 1,4 milliard de dollars de sa dette. Le deuxième, 1,65 milliard, sera payé avant la fin de l’année. Selon les Russes, les créances s’élèvent à 5 milliards de dollars. Mais ils ont accepté que la somme restante fasse l’objet d’une décision de la Cour d’arbitrage internationale de Stockholm. Au dire d’un cadre européen, les Russes seraient prêts à sacrifier les 2 milliards restants. «Leur intérêt est de pouvoir vendre le gaz à l’Ukraine à long terme», dit-il. Ce secteur contribue à près de 20% au budget de la Russie, dont l’économie subit les conséquences des sanctions de l’Union européenne.

Les deux parties se sont entendues sur un deuxième volet non moins important: le prix. Un accord avait déjà été arrêté à ce sujet lors de précédentes négociations: 385 dollars pour les 1000 m3. La somme a été revue à la baisse d’une vingtaine de dollars en raison de la chute du prix du brut sur lequel celui du gaz est aligné. Il est aussi entendu que les livraisons seront effectuées sous condition de paiement en avance et que l’Ukraine fixera la quantité des importations. Les experts estiment les besoins ukrainiens à 4 milliards de m3 pour novembre et décembre 2014, au coût de 1,5 milliard de dollars.

Trois sources de paiement

Qui va payer pour l’Ukraine? Les 4,6 milliards de dollars (3,1 milliards de dette et 1,5 milliard de consommation pour les deux prochains mois) viendront de trois sources. En premier, l’UE met 950 millions de dollars à la disposition de Kiev. Ensuite, le FMI vient de conclure un prêt de 17 milliards avec l’Ukraine. La première tranche, prévue en janvier, sera versée un peu plus tôt. Enfin, l’entreprise Naftogaz y mettra sa part.

Pour l’UE, cet accord évite une rupture d’approvisionnement, comme ce fut le cas en 2009. Gazprom avait alors fermé le robinet en raison d’une crise avec Kiev. Près de la moitié du gaz russe importé en Europe, soit environ 15% de sa consommation, transite par l’Ukraine.