Rezwan Ferdaus, 27 ans, arrêté en septembre 2011, avait plaidé coupable de «tentative de destruction d’un bâtiment fédéral à l’aide d’explosifs et tentative de soutien à des terroristes». Il a été condamné également à 10 ans de liberté surveillée, a annoncé la procureure du Massachusetts, Carmen Ortiz, dans un communiqué.

En échange du plaider coupable, le gouvernement avait accepté d’abandonner les quatre autres chefs d’accusation pour lesquels il était poursuivi.

«Comme le montrent les faits dans cette affaire, Rezwan Ferdaus présentait une menace significative pour le peuple américain», a dit Jack Pirozzolo, assistant du procureur. «Ses actes étaient de sa propre initiative, délibérés et dangereux. Il avait l’intention de mener des actes de violence horribles contre les Américains ici et à l’étranger», a-t-il ajouté dans ce communiqué.

«Son plaider coupable et sa peine de 17 ans doivent envoyer le message fort que notre priorité est d’enquêter de manière offensive et de poursuivre en justice quiconque tentera de commettre des actes de terrorismes ici ou à l’étranger», a-t-il encore commenté au prononcé de la peine.

Rezwan Ferdaus avait été arrêté le 28 septembre 2011: diplômé en physique de la Northeastern University, il préparait ses attentats depuis janvier 2010, selon l’accusation.

Dans des conversations enregistrées par le FBI, il avait expliqué vouloir «attaquer les armées d’infidèles et tuer un maximum de personnes».

Il avait confié à un agent du FBI se faisant passer pour un membre d’Al-Qaïda qu’il voulait attaquer le Pentagone avec des petits avions téléguidés «semblables à un petit drone», bourrés d’explosifs.

Il avait sélectionné deux modèles, le F-4 Phantom et le F-86 Sabre, qui font entre 1,5 m et 2 m de long, et 1,2 à 1,6 m de large, selon l’acte d’accusation.

En avril 2011, il avait élargi son projet au Congrès, précisant qu’il voulait faire s’écraser un avion télécommandé contre le dôme du Capitole pour «décapiter l’empire tout entier».