Pour Renée Watson et sa petite entreprise Curiosity Box, le Brexit n’a pas été une catastrophe, mais la source de mille petites difficultés: paperasserie administrative pour exporter vers l’Union européenne, augmentation des coûts… «Finalement, on a décidé d’arrêter de vendre vers l’Union européenne. C’était trop compliqué, alors qu’on n’y réalisait que 10% de notre chiffre d’affaires.» Cette PME de 14 employés installée près d’Oxford, qui vend des boîtes de petits chimistes aux écoliers, n’a dû procéder à aucun licenciement et ne va pas s’effondrer à cause de la sortie de l’UE. «Mais ça me rend triste de voir toutes ces difficultés et ces inefficacités qu’on s’est imposées à nous-mêmes.»