Ex-comptable d’Auschwitz jugé

Allemagne Le procès d’Oskar Gröning s’ouvre ce mardi

La justice allemande n’est plus indulgente avec les «seconds couteaux» du nazisme

Mise à jour, 12h00. Oskar Gröning a demandé pardon à ses victimes

Mise à jour, 10h30. Des néonazis ont manifesté à l’ouverture du procès.

C’est sans doute le dernier procès du IIIe Reich en Allemagne. Oskar Gröning, 93 ans, ancien comptable d’Auschwitz, comparaît à partir de ce mardi à Lunebourg, dans le nord de l’Allemagne, pour «complicité de meurtres aggravés» dans plus de 300 000 cas. L’accusé n’a jamais nié les faits qui lui sont reprochés. Mais s’il admet «ne jamais avoir trouvé la paix intérieure», il se considère comme «non coupable» du point de vue juridique et assure «ne jamais avoir donné même une gifle» à qui que ce soit. Une précédente procédure entamée contre lui s’était achevée en 1985 sur un non-lieu.

C’est l’histoire ordinaire d’un jeune Allemand de sa génération. Oskar Gröning naît en juin 1921 à Nienburg près de Brême dans une famille nationaliste, hantée par la défaite de 1918. Son père est ouvrier, membre du groupe paramilitaire Der Stahlhelm, «le casque d’acier». A 12 ans, dès l’arrivée des nazis au pouvoir, il intègre l’organisation de jeunes du Stahlhelm. Le groupe milite contre le Traité de Versailles, les réparations que doit verser l’Allemagne aux vainqueurs, puis contre la République et la démocratie. L’antisémitisme est omniprésent. «Nous chantions: quand le sang des juifs coule sur notre couteau…», se souvient-il dans une interview de plusieurs heures accordée en 2005 au magazine Der Spiegel. «On ne se posait pas de questions sur ce qu’on chantait à l’époque. Pour nous, les juifs étaient les marchands de porc et les avocats, ceux qui cherchaient à entourlouper les chrétiens.»

En 1941, Oskar Gröning rejoint les troupes d’élite Waffen SS, «par fascination pour l’uniforme», convaincu de faire le bien pour son pays. A 21 ans, un jour d’octobre, il arrive à Auschwitz, dans un des baraquements réservés à l’administration. Les SS qui travaillent là se portent bien: l’alcool coule à flots, sardines à l’huile et lard font partie du quotidien. L’employé de banque est affecté à la comptabilité. Il doit trier zlotys, drachmes, florins et lires pendant que leurs propriétaires meurent dans les chambres à gaz. Il exercera ces fonctions entre septembre 1942 et octobre 1944. Quelque 425 000 personnes sont assassinées à Auschwitz au cours de cette période. Il doit également faire disparaître de la rampe de tri des prisonniers à la descente du train leurs effets personnels avant l’arrivée du convoi suivant «pour éviter les mouvements de panique». «Il a ainsi favorisé sciemment une mise à mort sans heurts», estime l’avocat général dans l’acte d’accusation.

Le jeune homme croit en Hitler et Goebbels. Il croit que c’est une des missions de l’Allemagne que de «débarrasser le monde de la juiverie». Il est convaincu que l’Allemagne a perdu la guerre à cause des juifs et veut gagner cette nouvelle guerre. A Auschwitz, il mange bien et il dort bien. Mais il ne supporte pas les cris des victimes dans les chambres à gaz et demande à changer d’affectation lorsque, quelques jours après son arrivée, un SS tue froidement sous ses yeux un bébé abandonné criant sur le quai des arrivées. A trois reprises, Oskar Gröning demande à changer d’affectation pour aller au front, trouvant que «c’est malsain ici». Sa mutation lui sera refusée, et il finit par s’accommoder de son sort.

L’après-guerre est pour Gröning encore une histoire allemande. Prisonnier des Britanniques sur la fin de la guerre, il est libéré en 1948 et demande à sa femme – qui sait qu’il était à Auschwitz – de «ne jamais lui poser de questions» sur son activité dans le camp où sont mortes 1,1 million de personnes entre 1940 et 1945, dont un million de juifs. A la différence des autres seconds couteaux dans le collimateur de la justice allemande, Oskar Gröning n’a jamais nié les faits qui lui sont reprochés. «J’étais un petit rouage, explique-t-il au Spiegel en 2005. Si vous qualifiez ça de culpabilité, alors je suis coupable», ajoute celui qui dit n’avoir jamais retrouvé «la paix intérieure».

Une cour allemande s’était brièvement intéressée à lui à la fin des années 1970 avec une procédure qui s’était achevée par un non-lieu en 1985. La justice allemande a en effet longtemps été indulgente avec les «seconds couteaux» du nazisme, comme Gröning. Jusqu’à la condamnation en 2011 du gardien de camp John Demjanjuk à 5 ans de prison pour «complicité de 27 900 meurtres aggravés». La condamnation de ce garde ukrainien, devenu citoyen américain après la guerre, est basée sur ses documents d’identité de l’époque, attestant de son activité de gardien de camp à Sobibor. La condamnation de Demjanjuk marque une rupture concernant les «seconds couteaux». Auparavant, seules 6656 condamnations ont été prononcées en Allemagne depuis 1945, avec 91% de peines inférieures à 5 ans de prison, selon l’historien Andreas Sander.

«J’étais un petit rouage, explique-t-il. Si vous qualifiez ça de culpabilité, alors je suis coupable»