France

Un braqueur récidiviste s'évade par hélicoptère d'une prison

Le Français Redoine Faïd s'est évadé en hélicoptère dimanche matin de la prison de Réau (Seine-et-Marne), selon une source proche de l'enquête. Il avait été condamné à 25 ans de réclusion criminelle en avril pour la mort de la policière Aurélie Fouquet en 2010

L'opération, qui s'est déroulée vers 11h30, n'a duré que «quelques minutes». Elle n'aura fait ni blessé ni otage dans la prison de Réau, au sud-est de Paris dans le département de Seine-et-Marne, a-t-on appris auprès de l'administration pénitentiaire (AP). «Un commando armé s'est posé dans la cour d'honneur du centre pénitentiaire (...) alors que le détenu se trouvait au parloir», a ajouté l'AP.

Selon une source policière, le pilote de l'hélicoptère a été pris en otage par les complices de Redoine Faïd. En état de choc, il a été transporté à l'hôpital quand il a été récupéré à Gonesse.

L'hélicoptère serait parti de Fontenay-Trésigny, dans le même département de Seine-et-Marne, selon une source proche de l'enquête. Une fois l'appareil posé dans la cour d'honneur de la prison, dépourvue de filets, «deux individus armés sont descendus munis de disqueuses» et ils ont «lâché des fumigènes dans la cour», a raconté à l'AFP Martial Delabroye, secrétaire syndical FO du centre pénitentiaire.

Les deux hommes, «habillés de noir, portant des cagoules et des brassards de police» et équipés de «fusil d'assaut de type kalachnikov, ont découpé une porte menant via un chemin de service au parloir» où Faïd se trouvait avec l'un de ses frères, a ajouté le représentant syndical.

Voiture incendiée

L'hélicoptère, de type Alouette, s'est posé dans une zone de bureaux et d'entrepôts à Gonesse, a constaté une journaliste de l'AFP. Il a fait l'objet d'une tentative d'incendie qui n'aurait pas abouti, avec une vitre gondolée par la chaleur et un habitacle noirci.

Faïd et ses complices auraient ensuite utilisé une voiture qui a été retrouvée incendiée sur le parking d'un centre commercuial de la région, a-t-on indiqué de source policière. Dans l'après-midi, la police scientifique inspectait le véhicule, une Renault Mégane noire, a constaté la journaliste de l'AFP.

La police judiciaire a été saisie et «tous les moyens sont mobilisés pour localiser le fugitif», a indiqué le ministère de l'Intérieur. Les unités territoriales de la police et de la gendarmerie «ont été immédiatement alertées des faits» et «des dispositifs coordonnées de contrôle et d'interception sont mis en place, qui tiennent compte de la dangerosité du fugitif et de ses possibles complices».

Très médiatisé

Redoine Faïd, 46 ans, s'était déjà évadé de la prison de Sequedin (Nord) en avril 2013 à l'aide d'explosifs et après avoir pris quatre surveillants de prison en otages. Il avait été arrêté après six semaines de cavale.

Braqueur très médiatisé qui a publié en 2010 un livre sur son expérience (Braqueur: des cités au grand banditisme), Redoine Faïd, né à Creil (Oise), est considéré comme l'organisateur du braquage avorté qui avait entraîné la mort d'Aurélie Fouquet, mère de famille de 26 ans, le 20 mai 2010 à Villiers-sur-Marne (Val-de-Marne).

Repérés par des policiers, les braqueurs, qui envisageaient d'attaquer des fourgons de transport de fonds, s'étaient lancés dans une course-poursuite sur l'autoroute, ouvrant le feu sur les forces de l'ordre et des automobilistes. Ils avaient tiré notamment sur une voiture de police municipale, tuant Aurélie Fouquet et blessant son coéquipier.

En dépit de sa proximité avec les membres du commando, dont son frère Fisal, condamné en juillet 2016 à 20 ans de prison par la justice algérienne, Redoine Faïd a toujours affirmé n'avoir rien à voir avec le projet d'attaque et la mort de la policière. Il avait été condamné en première instance à 18 ans de réclusion.

Publicité