Un camp d’environ 380 migrants, essentiellement mexicains et centraméricains, a été démantelé dimanche par les autorités à Tijuana, près de la frontière du Mexique avec les Etats-Unis, ont-elles annoncé.

«Il y a des gens qui ont commencé à partir et à grimper de leur plein gré, sans recourir à la force publique, dans les camions qui se rendent aux différents abris», a déclaré à la presse la maire de la ville, Montserrat Caballero. La décision a toutefois suscité le mécontentement des migrants qui vivaient dans ce camp mis en place depuis un peu moins d’un an.

A lire: Deux enfants de trois et cinq ans jetées du haut d’un mur de plusieurs mètres à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis

Leurs biens détruits

Après l’expulsion, les autorités ont commencé à détruire les tentes utilisées par les migrants ainsi que les vêtements et divers objets tels que des téléviseurs et des meubles.

Dans la matinée, les autorités de l’Institut national des migrations (INM) avaient annoncé aux migrants qu’ils ne pourraient emmener que trois vêtements de rechange dans les abris où ils seraient relogés.

De nombreux migrants, principalement d’Amérique centrale, traversent le Mexique pour tenter de demander l’asile aux Etats-Unis face à la violence et à la pauvreté dans leur pays. En cours de route, ils sont parfois victimes du crime organisé ou des autorités mexicaines elles-mêmes, qui ont renforcé leurs opérations de lutte contre les flux migratoires.