L’essentiel

La Suisse compte 1923 cas de plus en 24 heures. 9 cas sur 10 sont dus à la propagation du variant britannique.

Le rapport de l’OMS sur les origines de la pandémie sera présenté ce mardi, mais il a largement fuité. Lire notre revue de presse.

Après avoir envisagé une édition allégée, les organisateurs de Paléo jettent l’éponge. Il n’y aura pas d’édition 2021.

Cinq autotests seront disponibles gratuitement dès le 7 avril. Les autorités appellent toutefois à ne pas se ruer dans les pharmacies. Lire aussi: Ce qu’il faut savoir sur les autotests.

Retrouvez notre suivi de la journée de lundi


■ Au Brésil, plus de 80% des patients intubés décèdent

Le taux de mortalité des malades du Covid-19 intubés au Brésil atteint 83,5% depuis le début de la deuxième vague, d'après des chercheurs. «Cela montre la fragilité d'un système de santé qui souffrait déjà d'un manque d'investissements et s'est vu surchargé», explique Fernando Bozza, chercheur de la Fiocruz, institution de référence en santé publique.

En partenariat avec l'Université de Sao Paulo, une équipe spécialisée dans les recherches en médecine intensive a compilé des données d'hôpitaux publics et privés. Une première étude, publiée dans la revue spécialisée The Lancet, prenant en compte les 250 000 premiers patients hospitalisés aux Brésil, avait montré que 78,7% des malades du Covid-19 intubés du 15 février au 15 août 2020 étaient décédés. Bien plus qu'au Royaume-Uni (69%), en Allemagne (52,8%), en Italie (51,7%) ou au Mexique (73,7%).

La situation brésilienne a empiré durant la deuxième vague, avec un taux à 83,5% constaté du 15 novembre 2020 au 14 mars dernier.


■ Le nombre d’hospitalisations repart à la hausse, sauf pour les plus de 70 ans

La vaccination des personnes âgées de plus de 75 ans porte ses fruits, semblent indiquer les chiffres des hospitalisations hebdomadaires de l’OFSP.


■ Dans les cantons, la vaccination progresse

Au soir du 28 mars, 1 742 075 doses de vaccin avaient été livrées aux cantons. 1 436 996 ont été administrées et 535 250 personnes ont déjà reçu deux doses, ce qui représente 6,2% de la population. Notre comparatif des cantons.


■ Le patron de l’OMS veut une enquête sur l’hypothèse du laboratoire chinois

Le patron de l’OMS a réclamé une nouvelle enquête avec des experts spécialisés sur l’hypothèse d’une fuite du virus ayant provoqué la pandémie d’un laboratoire en Chine et critiqué le manque d’accès aux données brutes des experts internationaux. Bien que les experts, qui ont enquêté en janvier et février en Chine sur l’origine du virus, aient estimé que l’hypothèse d’une fuite d’un laboratoire soit la moins probable, «cela demande d’enquêter plus avant, probablement avec de nouvelles missions avec des experts spécialisés que je suis prêt à déployer», a assuré Tedros Adhanom Ghebreyesus lors du briefing qu’il a fait aux pays membres sur le rapport publié officiellement ce mardi.


■ Roche obtient le feu vert en Suisse pour son autotest rapide

Le groupe pharmaceutique bâlois a indiqué avoir obtenu de Swissmedic et de l’OFSP une autorisation exceptionnelle pour l’emploi par des personnes non qualifiées de son test antigénique rapide du Sarc-Cov-2, le virus à l’origine de la maladie Covid-19. Le dispositif sera disponible en pharmacies dès le 7 avril, comme annoncé par les autorités fédérales, précise Roche.

La décision des régulateurs helvétiques ouvre la porte au moins temporairement à des autotests nasaux, sur la base d’échantillons prélevés dans la partie antérieure du nez et non plus dans le nasopharynx, comme pour les tests PCR notamment connus jusqu’ici. Le dispositif doit livrer un résultat en l’espace d’un quart d’heure.


■ «Un demi-million de personnes sont complètement vaccinées en Suisse»

Patrick Mattys, responsable de la section Gestion de crise et collaboration internationale à l’OFSP a affirmé en conférence de presse que la vaccinations en Suisse s’accélère. «Plus de 500 000 personnes sont entièrement vaccinées», a-t-il affirmé.

La Confédération travaille encore à l’élaboration d’un certificat de vaccination «uniformisé, infalsifiable et internationalement reconnu». Ce document devrait être disponible avant l’été. Mais, pour des raisons de protection des données, «il n’y aura pas de registre centralisé des personnes vaccinées».

Il s’est en revanche montré plus pessimiste en ce qui concerne l’évolution du nombre de cas et de décès dans le pays qui restent «inquiétants»: «l’Europe est entrée dans la troisième vague». Le nombre de cas continue d’augmenter et «double actuellement en moins de trois semaines». Le taux de reproduction est supérieur à 1 dans tous les cantons. Cette évolution est la conséquence de l’arrivée du variant britannique:

Actuellement, neuf cas sur dix sont dus au variant britannique

Si pour l’heure une majorité des personnes testées positives sont jeunes, on observe d’ores et déjà une tendance des cas positif à se déplacer de plus en plus vers les personnes âgées, ce qui pourrait à terme avoir un effet sur les hospitalisations, ainsi que les décès. L’OFSP appelle ainsi une fois encore à respecter les mesures de distanciation, afin de limiter la propagation du virus. Et ce «même si vous avez effectué un test négatif récemment». Les autorités rappellent que les tests ne sont qu’un instantané, et qu’ils ne permettent pas de modifier son comportement.

Les autotests seront disponibles dès le 7 avril. L’OFSP appelle toutefois la population à ne pas se ruer en bloc dans les pharmacies dès ce jour-là pour obtenir ses 5 tests mensuels gratuits, afin de limiter la pénurie. «5 autotests pour chaque personne en Suisse, cela représente 40 millions de tests», rappelle Martine Ruggli-Ducrot, la présidente de pharmaSuisse. «Le défi logistique est énorme.»

Revoir la conférence de presse:


■ La Suisse compte 1923 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

La Suisse compte mardi 1923 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Dix-neuf décès supplémentaires sont à déplorer et 76 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 25 715 tests ont été transmis, indique l’OFSP. Le taux de positivité s’élève à 7,48%. Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d’infections est de 22 684. Sur les deux dernières semaines, le pays compte ainsi 262,4 nouvelles infections pour 100 000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d’une dizaine de jours, est lui de 1,19. Depuis le début de la pandémie, 598 713 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 5 968 525 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein.

Le total des décès s’élève à 9662 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 25 012. Les patients Covid-19 occupent 17,40% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d’occupation est de 66,10%.


■ Chiffres falsifiés en Sicile: démission du responsable de la santé

Sous enquête en raison de soupçons de falsification des chiffres sur la pandémie, le responsable de la Santé en Sicile a présenté sa démission tout en niant toute faute.

«Je souhaite réaffirmer qu’en Sicile l’épidémie a toujours été suivie avec soin […] Nous n’avions pas besoin de cacher des contagions ou d’abaisser l’impact épidémiologique, puisque justement nous avons souvent anticipé les décisions de Rome et adopté des mesures plus sévères», a affirmé Ruggero Razza.

C’est sur la base de ces chiffres (nombre de contagions, de morts et de tests…) transmis quotidiennement par les régions que le gouvernement central décide des restrictions devant être mises en vigueur au niveau de chaque région pour endiguer les contagions. Transmettre de fausses données aurait pu ainsi permettre d’éviter de nouvelles mesures de restrictions.

«Arrangeons un peu les données sur les morts» sur plusieurs jours, aurait déclaré Ruggero Razza à la dirigeante du département régional des activités sanitaires Maria Letizia Di Liberti, chargée de transmettre à Rome les chiffres, selon des écoutes téléphoniques citées par le quotidien Corriere della Sera, qui évoque «un tsunami frappant de plein fouet le gouvernement régional».


■ L’Allemagne va «renforcer» ses contrôles

On ne parle pas de généralisation des contrôles, mais c’est tout comme. L’Allemagne va renforcer pour les «8 à 14 prochains jours» les contrôles autour de ses frontières terrestres notamment avec la France, le Danemark et la Pologne. Le ministre de l’Intérieur veut insister sur le fait qu’il ne systématise pas les vérifications.

«Peu importe d’où vous arriviez, de Pologne, de France, ou du Danemark, chacun doit s’attendre à être contrôlé», a déclaré Horst Seehofer lors d’une conférence de presse, précisant que ces contrôles aléatoires se dérouleraient sur le territoire allemand, après le passage de la frontière.


■ L’Italie impose une quarantaine aux voyageurs de l’UE

A Rome, un responsable du ministère de la Santé indique à l’AFP que l’Italie va imposer une quarantaine de cinq jours aux voyageurs en provenance des pays membres de l’Union européenne.

Tout voyageur en provenance de l’UE devra effectuer un test avant son départ, respecter une quarantaine de cinq jours, puis effectuer un nouveau test à l’issue de cette période. Cette mesure est déjà en vigueur pour les pays hors UE.

Elle «s’applique à tous ceux qui partent et arrivent dans la péninsule, y compris les ressortissants italiens».


■ Nouveaux crédits en Valais aussi

Un peu comme le Conseil fédéral (lire plus bas), le gouvernement valaisan annonce une demande de crédits supplémentaires «consécutifs à la deuxième vague de la pandémie». Une fois soustraite la part fédérale, il est question d’environ 120 millions de francs.

«Des baisses de recettes fiscales de l’Etat du Valais, estimées à 35 millions de francs, sont également attendues», ajoute le Conseil d’Etat, qui précise: «La situation actuelle des finances cantonales permet d’absorber ces dépenses supplémentaires imprévues et ces pertes de recettes.»


■ Un instantané: on libère les salles de mariages au Pakistan

Le gouvernement pakistanais a décrété le prolongement, pour un mois, de l’interdiction des mariages. Cette image prise hier montre les travaux de rangement d’une salle, à Islamabad.


■ Le vaccin de Pfizer/BioNTech sera plus commode

Le vaccin contre le Covid-19 de Pfizer/BioNTech ne doit désormais plus être conservé à long terme dans des congélateurs ultra-froids

indique ce mardi matin Swissmedic. L’instance écrit qu’elle a reçu de nouvelles données concernant la conservation du Comirnaty, la marque du vaccin. Elle précise donc: «Le stockage à long terme (jusqu’à six mois) doit encore se faire dans des congélateurs ultra-froids, mais désormais, une conservation pendant deux semaines dans un congélateur classique est autorisée.»


■ Paléo n’aura même pas son «45e parallèle»

Il n’y aura pas de Paléo festival cette année, même pas le «45e parallèle» envisagé. A l’automne, les organisateurs avaient indiqué penser à une édition étendue, sur un mois, avec des concerts d’envergures diverses. Las, ce ne sera pas possible, déclare Daniel Rossellat à 24 Heures. Les incertitudes financières et le doute sur la jauge, souhaitée à 5000 personnes, ne permettent pas de lancer la préparation de l’événement, dit son président.

Il ajoute que les annulations qui se succèdent, par exemple en France et en Belgique, déstabilisent le marché et dissuadent les artistes qui auraient encore souhaité tourner.

Et il fait part d’un doute concernant l’appétit même du public: «L’envie du public n’est pas non plus acquise. Car se faire vacciner, se faire tester, pour se retrouver dans des conditions où l’on est assis à des places numérotées à 1,5 m de distance les uns des autres ne semblait pas correspondre aux attentes de notre public si l’on en croit le sondage que nous avons réalisé qui indiquait une adhésion des spectateurs plutôt faible.»


■ Il faudra une rallonge pour les cas de rigueur

Les dix milliards de francs déjà approuvés pour le programme d’aide des cas de rigueur en lien avec la crise du coronavirus ne suffiront pas, estime le conseiller fédéral Ueli Maurer, que résume l’ATS. Le ministre des Finances met en garde contre les conséquences financières à long terme de la crise sanitaire.

S’adressant mardi aux médias à Zurich, Ueli Maurer a déclaré que la Confédération aura probablement besoin d’un crédit supplémentaire en juillet. «A notre avis, le système fonctionne très bien, des fonds sont déjà versés.»


■ Le KOF pronostique une embellie

La journée commence par une bonne nouvelle. Le Centre de recherches conjoncturelles, le KOF, relève ses prévisions économiques. Premier signal d’une reprise, le baromètre des économistes de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich a bondi en mars de 15,2 points en un mois à 117,8 points, son plus haut niveau depuis l’été 2010.

A ce niveau inédit depuis la reprise intervenue au début de l’été dernier à l’issue de la première vague de la pandémie de Covid-19 et les premières restrictions, le baromètre conjoncturel a très nettement dépassé sa moyenne à long terme de 100 points. Dans la foulée de la publication de l’indicateur pour mars, les prévisionnistes zurichois ont révisé la valeur du mois précédent à 102,6 points, contre 102,7 points.

L’indicateur du KOF s’est situé à un niveau nettement supérieur aux attentes. Les économistes sondés par AWP tablaient sur des valeurs entre 104 et 107 points.